Actualités Culture Société

L’artisanat au Burkina Faso, un atout économique non négligeable.

A l’origine l’artisanat était une activité pour satisfaire des besoins économiques, ou culturels. Mais de nos jours l’artisanat est devenue une source de création d’emploi. L’artisanat se place donc en pole position comme un maillon important dans le processus de modernisation des secteurs clés de l’économie. En effet on distingue dans ce secteur trois (03) catégories que sont : l’artisanat de production, l’artisanat de service et l’artisanat d’art. Ces différentes catégories regroupent en leur sein des centaines de corporations parmi lesquels on peut citer : la corporation des métiers de l’artisanat d’art, de la forge, de la maintenance et de la réparation, du textile et de l’habillement ; des cuirs et peaux, du bâtiment et de la terre, de l’alimentation et de l’hygiène ; des métaux précieux, du bois et de la paille.

Le Burkina Faso s’est donné les moyens de promouvoir ses artistes et ses artisans : musées, salles, écoles, subventions et organisation de festivals ou d’expositions sont autant d’efforts importants compte-tenu du budget serré de l’état. On note en grand caractère l’organisation régulière du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO), de la Semaine Nationale de la Culture (SNC) à Bobo-Dioulasso, des manifestations qui permettent aux artisans de se positionner sur le marché international.

Au Burkina Faso, l’artisanat permet la mise en valeur des ressources locales, la production de biens et services à un coût réduit, la promotion et la conservation du patrimoine culturel. L’artisanat permet l’installation et la formation des adultes et jeunes scolarisés ou non en milieu rural comme en ville. Cependant, le secteur connaît des difficultés liées à la formation, à l’organisation des acteurs, au financement, au statut de l’artisanat et surtout à l’écoulement des produits.
L’artisanat fait partie des occupations quotidiennes de la vie des burkinabé qui sont des artistes en la matière : objets en bronze, vannerie, poterie, objets de cuir et de peau, batiks, sculpture sur bois, instruments de musique constituent une bonne part de cet artisanat.

Zié Hamed Kader OUATTARA Correspondant à Banfora.
.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 + 20 =