Actualités Entretien Mode

MANGA: A la découverte du styliste Daniel Kiswendsida Yaogo, promoteur de la “Semaine de la Sapologie”

Après la région des Hauts-bassins et du Centre-ouest, Infos Culture du Faso s’est rendu dans la région du Centre-Sud pour rencontrer les acteurs culturels de ladite région. A cette occasion, le premier à nous recevoir est le styliste et promoteur, Daniel Kiswendsida Yaogo. Avec lui, il a été question de sa carrière et aussi de la “Semaine de la Sapologie”.

Daniel Kiswendsida Yaogo, plus connu sous le pseudonyme “La Sapologie”, est un jeune styliste burkinabè résidant dans la ville de Manga. Promoteur de la structure de mode “Dany’s Collection”, il est arrivé dans le domaine du stylis depuis l’année 2017. En effet, l’idée lui est venu d’embrasser la carrière de styliste après avoir participé à plusieurs événements de mode. ” En 2016 j’ai suivi une formation en stylisme avant de participer en 2017, en tant que mannequin ici à Manga, à “La nuit de la mode” organisée par la direction régionale en charge de la culture du centre-sud, et également au Salon International du Textile Africain à Ouagadougou. Ma passion pour la mode est partie de là”, a-t-il expliqué.

Aussi, aujourd’hui le jeune styliste est propriétaire d’une boutique à Manga dénommée “Dany’s Collection” dont le siège de couture est à Ouagadougou. (Nous sommes en collaboration avec un styliste basé à Ouagadougou. Ce qui nous permet de ramener les prêts-à-porter dans la structure de vente à Manga. Et pour les clients qui veulent du “sur mesure”, nous les envoyons les données de couture à Ouagadougou pour la mise en valeur), nous a-t-il confié. (Aujourd’hui, j’ai une grande visibilité grâce aux réseaux sociaux. Cette visibilité m’a value un large clientèle à le Burkina mais également dans d’autres pays de la sous région comme le Ghana, la Côte d’Ivoire, etc. Nous envisageons ouvrir des boutiques d’antres villes également), a-t-il déclaré.

Par ailleurs, Daniel Yaogo est aussi promoteur de la “Semaine de la Sapologie” qui se tient chaque année dans la ville de Manga. Selon lui, cet événement a été mis en place pour valoriser le “Faso Dan-fani”. (Les éditions précédentes ont été succès. Et cette année nous sommes à la 4è édition. Nous ciblons également à travers cette activité la solidarité; Nous collectons des habits, des fournitures pour les élèves qui sont dans le besoin. Mais l’élément clé set événement est le défilé de mode pour mettre en valeur notre page traditionnel, le “Faso Dan-fani”. Nous avons également des expositions au profit femmes tisseuses qui n’ont pas la chance de participer aux plus grands événements de pouvoir étaler leur savoir-faire et aussi des accessoiristes.

Pour lui, la mode dans la région du Centre-sud est pleine amélioration car on assiste à un intérêt grandissant de la mode en général et du “Faso Dan-fani” en particulier. Ce qui justifie l’intérêt et l’accompagnement des uns et des autres de cet événement de mode. A cet effet, il salut l’accompagnement technique de la direction régionale en charge de la culture à cette activité. ( A l’approche, de l’événement, nous approchons les autres stylistes à travers l’association des stylistes de Manga pour leur faire part de notre programme d’activités. Juste qu’ils y participent énormément vu que celà y va de leur valorisation et promotion. Et nous avons également une bonne collaboration avec les tisserands de la région). Il note cependant, des difficultés financières qui empêche de booster cet événement.

Cependant, le rêve de ce jeune styliste est de voir le pagne tissé atteindre un plus grand nombre de burkinabè. Néanmoins, s’est-il réjouis de ce petit bonhomme de chemin que se rêve est entrain de faire. A cet effet, la dernière collection de monsieur Yaogo a été celle pour soutenir les forces de défense et de sécurité qui date de la dernière édition de la “Semaine de la Sapologie”. Et celle de la 4è édition, valorisera les agents de la santé vu leur engagement à lutter contre la covid-19. Car dit-il, cette pandémie a impacté de manière négative notre domaine. Mais ce qu’il faut retenir m, c’est que le styliste Yaogo n’est pas resté en marge de cette lutte. “Nous avons confectionné des cache-nez en Faso Dan-fani, que nous avons ensuite distribué aux enfants de la rue. “Ce sont au total plus de 200 cache-nez que nous leur avons offert, parce que n’ayant pas les moyens de s’en procurer”, précise-t-il.

Avant de conclure cet entretien, monsieur Yaogo a tenu à remercier “Infos Culture du Faso” pour la visibilité faite à son égard.

Interview réalisé par Parfait Fabrice SAWADOGO 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
36 ⁄ 12 =