Actualités dédicaces littéraire Musique

Promotion de la musique burkinabè en Autriche : Adama Dicko se fraie une nouvelle voie artistique !

L’artiste-musicien burkinabè Adama Dicko a procédé à la dédicace de son deuxième album, le samedi 7 mars 2020, à Vienne en Autriche. Après la conférence de presse et la présentation de clips vidéo de certains titres de l’opus à Velobis/ Johnstrasse, il a livré dans la soirée un concert à Fania Live avec son groupe le Seno Blues. Des événements qui ont rassemblé de nombreux compatriotes et mélomanes venus découvrir ce 2ème opus, baptisé « African connection », et soutenir l’artiste, également promoteur du festival culturel Jamtan qui se tient annuellement au bord du lac de Saint Wolfgang à Salzburg en Autriche.

Après le premier album, « Jamtan » sorti en décembre 2016, ce deuxième opus de l’artiste-musicien burkinabè Adama Dicko, qui est résident permanent en Autriche depuis une dizaine d’années, est baptisé « African connection ». Les titres de l’album qui en comporte douze (12) ont été enregistrés au Burkina Faso, en Autriche et en Norvège. L’arrangement a été fait à Berlin en Allemagne et aux Etats-Unis. Les titres sont exécutés à 99 % en fulfuldé, l’une des langues nationales du Burkina Faso et langue maternelle de l’artiste. Les autres sont chantés en anglais et en bambara.

Plusieurs thèmes sont abordés dans l’album. Il s’agit, entre autres, du pardon, de la liberté, de l’éducation, du mariage précoce. « African connection » se veut également un album engagé qui appelle à l’unité de l’Afrique et à la bonne gouvernance. Adama Dicko met dans le doigt sur l’épineuse question de la juste répartition des richesses dans plusieurs pays africains dans le titre « Where is the money ? ». Pour lui, l’une des conséquences de la mauvaise gouvernance est le départ massif de jeunes, souvent au péril de leur vie, vers l’Occident, à la recherche d’une vie meilleure.

Dans le titre « Djelgodji », nom de la région d’origine de l’artiste, il rend hommage à ceux qui ont lutté pour fonder ce royaume et s’interroge sur qu’est devenu l’héritage qu’ils ont laissé. Dans « Burkina Ana weli », il chante le Faso dont les populations font preuve de résilience en dépit des difficultés que traverse le pays. Une invite également à rester debout et à montrer qu’il existe de bonnes choses au Burkina Faso. L’artiste, à travers le titre « Soldier man », salue le travail des forces de défense et de sécurité mais appelle leur vigilance accrue afin d’éviter les confusions et la stigmatisation qui peuvent ternir leur combat. Le titre s’adresse aussi à toutes les forces de sécurité du monde dont beaucoup ont peu d’égards envers les émigrés et les minorités.

En outre, avec « Njangineebé », Adama Dicko invite les habitants du Sahel à envoyer leurs enfants à l’école et à travers « Dewgal », il met le doigt sur le mariage précoce qu’il dénonce car comportant beaucoup d’inconvénients.
Les titres du nouvel album sont baignés dans le « reggae-blues », genre musical de l’artiste. Ce style musical est, selon le promoteur du festival culturel Jamtan, une fusion de reggae et de blues qui s’inspire également de sonorités du terroir peulh du Burkina Faso.

La conférence de presse de présentation de l’album a connu la présence du représentant de l’ambassadeur Dieudonné Kéré en mission, de travailleurs de l’ambassade, de la Déléguée au Conseil supérieur des Burkinabè de l’extérieur et de nombreux membres de la communauté burkinabè en Autriche. Le Premier Conseiller, Brice Tiendrebéogo, a traduit les félicitations du Chef de mission à l’artiste qui ne ménage aucun effort, à côté d’autres compatriotes, pour porter haut les couleurs du Burkina Faso dans le domaine de la musique. Il a apprécié positivement ce deuxième opus qui met en exergue les talents de l’artiste et l’a exhorté à poursuivre dans cette voie. Il a, pour terminer, souhaité du succès à l’album.

Dans la soirée, Adama Dicko et le Seno Blues, un groupe musical qu’il a formé en 2017 et qui comprend trois Autrichiens, un Algérien et un Sénégalais, ont gratifié le public d’un concert à Fania Live. Ils ont fait voyager les mélomanes à travers le répertoire de l’artiste. De l’avis de beaucoup de spectateurs, ce fut une soirée mémorable !

Il faut souligner que Adama Dicko a plusieurs cordes à son arc. L’artiste fait la musique par passion et pour véhiculer des messages, comme il l’indique lui-même. En effet, en dehors de la musique, il œuvre dans le domaine de l’environnement notamment dans l’aménagement de l’espace vert de la ville de Vienne. Il travaille également à ses heures perdues dans la gastronomie. Adama Dicko pense que plus de quatre ans après la sortie de son premier album, ce deuxième opus est le fruit de l’expérience et de la nouvelle voie artistique sans frontière qu’il s’est frayée. Dans les jours et semaines à venir, il donnera des concerts en Allemagne et à Graz, et envisage une tournée en Haute Autriche. Enfin, il projette organiser à la fin de l’année des concerts à Bobo-Dioulasso, à Ouagadougou et à Dori au Burkina Faso.
Bon vent à l’artiste !

Simon YAMEOGO
Attaché à l’Ambassade du Burkina Faso à Vienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 × 6 =