jeu 20 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

12ème Édition du FESCO: Ouahigouya encore en phase de vibrer au rythme de sa richesse culturelle diversifiée pendant 72H.

Le Festival Culture et Sport de Ouahigouya (FESCO) est à sa douzième édition, après les rendez-vous manqués de 2014, 2015, 2016 et 2017, le plus grand festival culturel de Ouahigouya dénommé FESCO revient en force, le top départ a été donné le jeudi 22 novembre 2018 sous la présidence de Gilbert Noël Ouédraogo, promoteur du Fesco et co-parrainé par Monsieur le gouverneur de la région du nord et Madame Rose Sanou.

Placée sous le thème :« Culture et paix », cette Édition, tout comme les précédentes, dès son ouverture, promet des résultats d’envergures, c’est au total onze (11) troupes de danses traditionnels, dont celle de Naaba Kango de la dispora ivoirienne, qui rivaliseront au plus grand bonheur de la cohésion et de la culture burkinabé dans son ensemble.

C’est par des prestations de danses liwaga, des onze troupes en compétition qu’à démarré la cérémonie, riche en spectacle, des messages de paix, de cohésion, et valorisation du terroir ont meublé les différentes sorties, pour tous, la paix et la culture sont les fondements d’un développement durable pour chaque nation qui veut s’émanciper.

Pour le président du comité national d’organisation, Etienne Ouédraogo, la tenue de cette douzième édition a été un défis, un chalenge que le promoteur relevé avec courage et abnégation, « le thème de cette édition 2018 se donne pour ambition de réfléchir sur une problématique majeure en rapport avec le développement et le bien être de nos populations, car sans paix, pas de développement possible» affirme t-il en s’engageant de se donner à fond pour la réussite de ces activités et pour les Éditions à venir.

Le promoteur, Gilbert Noël Ouedraogo, dans son intervention a tenu à souhaiter la bienvenu à tous ceux qui ont honoré de leurs présence pour célébrer la renaissance du Fesco, pour lui, vu la conjecture économique et sécuritaire assez difficile qui mettent en péril le bon vivre du citoyen, le Festival sport et culture vient donc apporter un peu de gaieté dans le quotidien des fils et filles de Ouahigouya, cette édition a vu le jour grâce à la demande pressante des populations qui se voyaient privées du Fesco.

Le thème de cette édition, culture et paix en dit long et va au delà de son aspect festif et sportif selon le promoteur, le Burkina Faso aujourd’hui a plus que besoin de l’unité, de la cohésion pour construire la paix, gaz de développement, le Festival Sport et Culture, souhaite, selon Gilbert Noël Ouedraogo, apporter sa modeste personne pour un Burkina réconcilié avec lui même, les acteurs culturels doivent à cette heure cruciale de la vie de notre nation, travailler à la promotion de la paix, nous devons mettre l’Intérêt de la patrie devant tout autre intérêts, affirme t-il en paraphrasant Victor Hugo ::« Il vient une heure, où protester, se lamenter, intriguer et critiquer ne suffisent plus, après la philosophie, il faut passer à l’action».La culture est un moyen de rassemblement qui permet de renforcer les liens d’amitiés, de la solidarité, et le sens de la préservation de l’intérêt commun, renchérît le jeune promoteur.

Les parrains, Monsieur le gouverneur de la région du Nord et Madame Rose Sanou, ont insisté sur le mérite du promoteur et de son comité d’organisation, qui ont su initié et pérennisé le FESCO qui contribue à la promotion de nos valeurs artistiques et culturelles depuis douze ans, ils saluent par ailleurs la pertinence du thème, culture et paix qui reste d’actualité; face donc à la menace terroriste qui vit le Burkina Faso depuis 2015, cela nous interpelle sur la nécessité d’œuvrer pour la paix sociale, condition première à toute action de développement, c’est entre autre, cela que la culture constitue un puissant moyen d’expression qui contribue à renforcer la cohésion sociale et à canaliser les énergies autour de la recherche de la paix, a affirmé le gouverneur.

En attendant la clôture de ce Festival qui prend fin le samedi 24 novembre 2018, les activités battent leurs pleins, courses cyclistes, jeu de sociétés ont, comme à l’accoutumé été choisi pour le grand bonheur des populations et des festivaliers présent à à Ouahigouya pour vibrer aux rythmes de la culture Burkinabé, dans toute sa diversité.

Abdoul Aziz Sawadogo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

ZAGTOULI : des rites initiées pour la paix au Burkina

À Zagtouli, un quartier de la commune de Ouagadougou,...

Festival des Retrouvailles du Nahouri : la première édition ouvre ses portes à Pô

La toute première édition du Festival des Retrouvailles du...

Burkina/Solidarité : Des artistes et acteurs culturels natifs de mai font parler leur cœur

Le camp militaire général Sangoulé Lamizana a accueilli ce...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page