Actualités Mannequinat Mode

2ème édition Nuit des mannequins : une formation sur l’entreprenariat pour marquer l’apogée de cette édition

Ce samedi 12 juin 2021, la deuxième édition de la nuit des mannequins a refermé ses portes. En effet, après la nuit des défilés, une autre formation sur l’entreprenariat assurée par le Dr Yacouba Yarabatioula a été initiée pour marquer la fin de cette édition. Cette formation d’environ 1h 30 s’est articulée sur le thème « entrepreneuriat culturel au Burkina Faso. Comment allier, concilier études et passion entrepreneuriale ? ».

Après la formation de la journée d’hier et la soirée des défilés, la 2ème édition touche à sa fin. En effet, avant la fermeture de ses portes, une formation sur le thème « entrepreneuriat culturel au Burkina Faso. Comment allier, concilier études et passion entrepreneuriale ? » , assurée par le Dr Yacouba Yarabatioula.

Selon le formateur, cette formation a été initiée afin de permettre aux jeunes de savoir allier leur passion et l’entrepreneuriat. « Apprendre à poursuivre ses passions, c’est très bien mais lorsque vous avez une passion, travaillez a rejoindre des écoles de formations sans oublier ses priorités. Il faudrait pas que les petits sous vont induisent à abandonner les études », a indiqué le Dr Yacouba Yarabatioula, dès l’entame de cette formation.

En effet, à l’écouter, pour réussir l’entreprenariat, il faut d’abord songer à travailler en équipe et cela il faut savoir allier les métiers en fonction de son temps et de son métier.  « Pour entreprendre, il faut savoir planifier pour pouvoir allier les métiers. Si vous pensez que ces sous sont déjà un gain pour vous, détrompez vous parce que les études sont importantes. Il faut savoir que ces petits sous doivent vous servir juste de complément pour continuer, et ce jusqu’à pouvoir entreprendre pour son compte. Les emplois se font déjà rares au pays donc à vous de savoir prendre les bonnes décisions », a-t-il expliqué.

Abzeta wenbouma, ambassadrice de Faso ébène et par ailleurs étudiante en Finance et commerciale en temps libre, venue suivre cette formation a salué cette initiative de Issa Traoré de former les jeunes, de par son importance dans ce Burkina, où trouver un emploi devient de plus en plus difficile. « C’est vrai que je suis déjà dans l’entrepreneuriat mais grâce à cette formation, j’ai appris que lorsqu’on a des rêves, il faut carrément s’inscrire aussi dans les écoles qui donnent des formations allant dans ce sens; et cela je viens de l’apprendre », a-t-elle salué.

Cette deuxième édition a connu, à l’occasion, son apothéose. Le rendez-vous est pris pour la prochaine édition. Ainsi le promoteur dit souhaiter que les années à venir, Bobo Dioulasso devienne la capitale de la mode africaine.

Abdoul Gani Barry (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 × 11 =