3ème journée de la formation du BBDA : La filière Arts graphiques outillée à son tour sur les documents et techniques liés à la photographie et l’art

 3ème journée de la formation du BBDA : La filière Arts graphiques outillée à son tour sur les documents et techniques liés à la photographie et l’art

Ce vendredi 25 juin 2021, la filière Arts et graphiques de la commission technique d’identification des œuvres littéraires et artistiques a bénéficié de la formation initié par le Bureau Burkinabè du Droit d’Auteur ( BBDA). Cette 3ème journée, qui a concerné les questions liées à la photographie et l’art, entre toujours dans le programme de sensibilisation initié par le BBDA.

Sensibiliser les acteurs et collaborateurs sur la documentation des droit d’auteurs et permettre à tout un chacun d’avoir des informations sur tous les aspects du droit d’auteur, ce sont là les objectifs du programme initié par le Bureau Burkinabè du Droit d’auteur (BBDA). Ce vendredi 25 juin 2021, ce programme a concerné ceux de la filière arts graphiques et cela au sein des locaux dudit bureau.

« Comment photographier une œuvre d’art? », « processus de documentation d’œuvres des membres dans le domaine AGP », «  technique de répartition dans le domaine AGP », « droits et devoirs des membres » sont là les thèmes sur lesquels se sont articulés cette 3ème journée du programme. Selon Walib Bara, Directeur général du BBDA, tous ces thèmes réunis visent à outiller les acteurs d’arts et graphiques sur leurs droits mais aussi des techniques entrant dans le cadre de leur métier.

Sidiki Ky, président de la commission du jour, a indiqué par rapport au premier thème cité qu’une œuvre d’art ou photographique doit être signée avant une revendication quelconque. Il a aussi affirmé qu’il faut éviter de prendre des œuvres des autres camarades pour venir déclarer  au BBDA. «  La photo, pour qu’elle soit compétitive, doit relever dune particularité et répondre à des normes. Aussi, nous rencontrons beaucoup de photographes qui viennent avec des photos prises par d’autres photographes et veulent les déclarer. Quand on veut stopper le processus de déclaration de ces photos, automatiquement on dévient l’ennemi » s’est-il indigné.

Mauniratou Ouédraogo, chef de service des distributions des droits au BBDA, a étalé sa communication sur le processus par lequel passe le BBDA pour arriver au versement des droits aux artistes. A l’écouter, une fois les redevances récoltées, 10% reviennent aux frais de gestion du BBDA et 10% aux frais de gestion de la promotion culturelle. « Les droits artistiques constituent l’ensemble des redevances récoltées auprès des hôtels, expositions qui sont reversées aux auteurs après prélèvements des frais de gestion et promotion culturelle et sociale », a-t-elle défini.

Pour Karine Sawadogo, membre de le l’équipe de la formation, une fois qu’une personne signe au BBDA, elle devient automatiquement un membre dudit bureau. Le bureau devient aussi mandaté pour les intérêts de celui-ci. Une fois cela fait, la personne bénéficie de beaucoup d’avantages entre autres les droits d’exploitation de ses œuvres conformément aux textes en vigueur . « Il faut aussi retenir que si vous avez des droits vis-à-vis du BBDA, sachez que vous avez aussi des devoirs », a-t-elle expliqué.

Le rendez-vous est donc pris pour une date ultérieure, pour la formation des acteurs Dramatiques et de l’audiovisuel.

Abdoul Gani Barry ( stagiaire)

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 + 9 =