6ème édition du festival Art’Dougou : un panel sur le financement et marché de l’artisanat au Burkina Faso

 6ème édition du festival Art’Dougou : un panel sur le financement et marché de l’artisanat au Burkina Faso

A l’occasion du festival International Art’Dougou qui se déroule à Bobo Dioulasso, un panel a été animé à la maison de la culture Anselme Titianma Sanon le 30 janvier 2021 sur le thème : « Financement et marché de l’artisanat d’art au Burkina Faso ». L’objectif de ce panel est de mieux faire connaître le Fonds de développement culturel et touristique, le Bureau burkinabè du droit d’auteur et la chambre de commerce.

Pour Issa Barry, le panéliste sur le Fonds de Développement Culturel et Touristique, les arts plastiques sont pourvoyeurs d’emplois, d’où la raison de sa prise en compte dans le programme actuel de l’Union européenne. Les difficultés d’accès au financement sont dues selon lui au manque de structuration du domaine des arts plastiques. Chose qui permet à Issa Barry d’affirmer que les artistes évoluent de façon informelle. L’autre handicape dit-il, est l’absence d’information sur le financement. Ainsi en 2020, fait-il savoir que ce sont onze (11) projets des arts plastiques qui ont été financés. Il indique que le programme de l’Union européenne est une opportunité de financement pour les artistes qui les aidera à renforcer leurs capacités en termes d’accès au marché national, sous régional et international. A cet effet, le communicateur a signifié que des acteurs ont donc été sensibilisés sur le canevas de financement qui fait allusion cela aux lignes directrices édictées par l’Union européenne. Cet appel à financement reste pour lui, une double opportunité pour les artistes de la région des Hauts-Bassins qui peuvent postuler au plan national et faire un appel spécifique pour la région.

La deuxième communication a porté sur le Bureau Burkinabè du Droit d’Auteur (BBDA). Elle a été animée par Minata Yè Soma directrice régionale de l’ouest du BBDA qui a tenu à préciser de prime à bord que le BBDA s’occupe de plusieurs catégories d’art dont la musique, les arts graphiques et plastiques. Pour elle, la matière première du marché d’art reste les œuvres de créations artistiques. Selon la directrice régionale, le BBDA accompagne les artistes dans le cadre de l’aide à la création, l’aide à l’exposition et l’aide à la mobilité. Aussi, ajoute-t-elle, il accompagne les festivals et les manifestations culturels qui mettent en exergue les créateurs et leurs œuvres. Ce qui permet de dire que le BBDA contribue ainsi à la promotion culturelle et à la valorisation des potentialités artistiques.

La communication sur La chambre de commerce, animée par Aboubacar Coulibaly, fait l’historique de cette structure.
A noter qu’elle a été créée le 11 juillet 1948, et s’appelait chambre de commerce, d’agriculture et du commerce et son siège se trouvait à Bobo-Dioulasso. En 1973, elle change de dénomination et se fait appeler chambre de commerce, d’industrie et d’artisanat jusqu’en 2007. La chambre de commerce, d’industrie et de l’artisanat a plusieurs institutions structures spécialisées et intervient dans les biens et services, le commerce et l’industrie. Elle a trois missions particulières, consultatives, administratives et représentatives. La chambre de commerce et d’industrie des Hauts-Bassins est dirigée par Lassina Diawara. Elle accompagne la création des industries culturelles à travers sa nouvelle structure SAFINE, créée pour prendre en compte la problématique des financements. Elle sera opérationnelle à partir du mois d’avril. D’ailleurs, le festival Art’ Dougou a été rendu possible grâce au soutien du président de la chambre de commerce et d’industrie des Hauts-Bassins, Lassina Diawara.

 

Parfait Fabrice SAWADOGO 

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 − 12 =