Art de la scène: « c’est un honneur pour moi d’avoir été choisi pour représenter mon pays au MASA 2022 », Florent Nikiema, chorégraphe

 Art de la scène: « c’est un honneur pour moi d’avoir été choisi pour représenter mon pays au MASA 2022 », Florent Nikiema, chorégraphe

Habité d’une passion et d’une détermination débordante, Sidnoma Florent NIKIEMA est un jeune artiste danseur, chorégraphe. Choisi pour porter le drapeau burkinabè à l’édition 2022 du Marché des Arts du Spectacle Africain (MASA) prévu se tenir du 5 au 12 mars 2022 à Abidjan, il bien a bien voulu nous en parler plus. Nos échanges ont également porté sur sa carrière.

Infos Culture du Faso (ICF): Veuillez-vous présenter à nos lecteurs s-il-vous-plaît.

Florent: Je suis Sidnoma Florent NIKIEMA, artiste burkinabè né à Ouagadougou.
Danseur professionnel et jeune chorégraphe diplômé première promotion de l’École de Danse Internationale Irène TASSEMBÉDO (EDIT). Pédagogue certifié, je suis fondateur et directeur artistique de la Compagnie FARAFINA BALLET THEATRE du Burkina Faso.

ICF: Vous êtes chorégraphe, dites-nous comment cette passion est née.
Florent: Tout a commencé en 2002 quand je suis tombé sous le charme du roi de la Pop Michael Jackson avec son style de danse et ses chorégraphies à couper le souffle. En ce moment, je participais aux compétitions annuelles de danses urbaines et interprovinciales de l’époque « Les TOP Vacances Cultures » dont la toute dernière édition était en 2005 à Ouagadougou et Bobo Dioulasso. L’édition à laquelle mon groupe ETK (Établissement Traoré Karim) de Kamsonghin et moi avions remporté le deuxième prix national en danse et faits de sociétés.
Envahi par cette passion, la curiosité et l’envie de grandir dans ce milieu, m’a poussé à arrêter mon métier de peintre bâtiment et calligraphe dessinateur pour aller à la recherche de cette vocation.
Alors, pour me professionnaliser, je me suis lancé dans de nombreux stages et formations au sein des troupes de danses traditionnelles, afro-contemporain, Hip-Hop et afro-urbain de Ouagadougou dirigées par des chorégraphes de renom comme : Alassane Congo, Salia Sanou, Seydou Boro, Laurence Levasseur, Germaine Acogny, Serge Aimé Coulibaly, Adonis Nébié, Sayouba Sigué, Eric Mézino, Patrick Acogny, Lebeau Boumpoutou, Ahmed Soura, Zam Martino Ébalé, Ousseni Sako, Lassina Coulibaly et plein d’autres.
En 2009, je fit la rencontre avec madame Irène Tassembédo la Chorégraphe, j’intègre son école de danse denommée « EDIT » sise à Ouagadougou où je sors danseur professionnel diplômé de la première promotion après trois (03) années de cursus complet durant lesquelles je me suis nourri de toutes les bases et techniques possibles des danses du monde.

ICF: D’où tirez-vous votre inspiration pour pouvoir arriver à créations?
Florent: Je m’inspire aujourd’hui de mes vécus, des réalités sociales, économiques et surtout politiques, sous l’influence bien-sûr du niveau de la création chorégraphique sur l’échelle mondiale.
Le désir de vouloir toujours faire mieux et aller au-delà de mes limites est resté la plus grande source d’inspiration pour moi quand je suis en phase de création.

ICF: Parlez-nous de vos différentes créations ou spectacles auxquels vous avez pris part.
Florent: Dès la fin de ma formation à « EDIT » j’ai continué de travailler en tant que danseur interprète assistant et enseignant aux côtés de Irène Tassembédo. Ce qui m’a permis de renforcer mes capacités d’interprète afin d’entamer une jeune carrière dans laquelle j’ai aujourd’hui un répertoire de Sept (07) créations chorégraphiques solos et duos.
En Tant que danseur-interprète, j’ai eu la chance de prendre part dans de nombreux projets et collaborations artistiques au Burkina Faso et à l’international avec des chorégraphes de renoms d’ici et ailleurs.
A travers ce parcours, j’ai eu l’opportunité d’interpréter entre 2010 et 2022:
*Le Sacre du Printemps de Pina Bausch en pleine tournée mondiale jusqu’en 2023. Une collaboration entre l’École des Sables, Sadler’s Wells et la Fondation Pina Bausch.
*Yiiki African Boléoro, Gold TTC, la Comédie Musicale Kombibissé, Landa-Siko, Le Manteau, Sini siko de Irène Tassembédo France Burkina Faso
*Où je suis étranger de Joseph Aka France-Côte d’Ivoire
*Meet Me Halfway de Edouard Hue Beaver Dam Company France
*A Rebours de Aguibou Bougobali Sanou Burkina Faso
* Kivu sans filtre de Galan Yosef France
*Le Temps des Griots de Aminata Sanou France Burkina Faso
et bien d’autres

MES CRÉATIONS entre 2010 et 2021 ;

Création Chorégraphique 2020 -2021 KIBARÉ / Solo
Création chorégraphique Duo 2018 – 2019 – Soleil noir 54° / Duo
Création chorégraphique 2010 – 2019 – M’siry mon soupir / Solo
Création chorégraphique 2015 – 2018 – Kobéndé eau trouble/ Solo
Création chorégraphique 2016 – Rencontres/ Duo
Création chorégraphique 2014 – Et si je vous parlais de moi ?/ Solo
Création chorégraphique 2012 – 2014 – Quand la lune est pleine / Duo

ICF: De façon globale, que pensez-vous de votre carrière à l’heure actuelle?
Florent: Actuellement, je n’ai pas encore atteint le niveau où je souhaiterais être, mais je suis bien lancé dans ma petite carrière de jeune chorégraphe. La route est encore longue et la marche très rude certes, mais je suis très optimiste, déterminé à poursuivre mes rêves, à atteindre mes objectifs et les réaliser à tout prix. A cet effet, je dirai que je suis encore à la quête d’une vraie place dans le monde des arts chorégraphiques d’ici et d’ailleurs.

ICF: Quels sont vos projets à court et moyen termes?
Florent: Étant danseur interprète engagé dans le spectacle emblématique « Le Sacre du Printemps » de la Feue Chorégraphe Pina Bausch depuis début 2020 et qui est en tournée mondiale jusqu’en fin 2023, je développe parallèlement un projet de création artistique en duel entre texte et délire chorégraphique avec l’artiste chanteur Ali Kiswendsida Ouédraogo alias Douèslik, et nous serons en première phase de recherche entre Août et Octobre 2022.
Avec la fine équipe de la Compagnie Farafina Ballet Théatre, nous menons des réflexions sur des projets de créations artistiques, la promotion et la diffusions des œuvres. Nous sommes en train de mettre en place à Ouagadougou un événement annuel de danse ou toutes les populations ouagalaises et bobolaises seront pleinement impliquées sur une semaine.
De plus amples informations seront communiquées sur toutes les plateformes une fois que les idées seront bien mures et ancrées au sein de la Compagnie.

ICF: Quels sont les défis pour vous en tant que chorégraphe?
Florent: Mon défi majeur se fige déjà sur l’impossibilité de trouver des fonds au niveau de nos autorités politiques en tant que jeune créateur pour nos projets artistiques qui vont dans le sens de la promotion et la valorisation de notre culture sur le plan national qu’à l’international.
Ce qui me contraint de viser l’occident afin de pouvoir vivre de mon art et de ma passion.
Mon rêve en tant qu’artiste chorégraphe est aussi similaire à celui de tant d’autres chorégraphes burkinabè célèbres sur le plan mondial, qui est de promouvoir et faire valoir nos richesses culturelles et artistiques au Burkina Faso et à travers le monde. Développer des projets de collaboration entre le Burkina Faso et le monde pour le développement socio-culturel de mon pays.

ICF: Vous êtes attendu pour prendre part au prochain MASA en Côte d’Ivoire du 5 au 12 mars prochain, quel est votre sentiment vis-à-vis de cet honneur?
Florent: C’est un sentiment indescriptible qui m’anime en ce moment. Je suis très honoré d’avoir été sélectionné parmi tant d’autres talentueux artistes pour porter les couleurs de mon pays à ce grand rendez-vous des arts du spectacle africain. Je ne peux qu’être fier et me réjouir de cet honneur. Le reste se passera sur la grande scène au MASA.

ICF: Le Burkina Faso regorge une panoplie de chorégraphes talentueux, qu’est-ce qui a compté en ce qui concerne le choix porté sur vous?
Florent: Je ne connais exactement pas les critères de sélection sur le volet danse du MASA, mais je pense que le choix a été porté sur la qualité, l’originalité, la créativité et le message véhiculé à travers la pièce que sur ma personne. C’est l’ensemble des éléments du spectacle KIBARÉ qui a sûrement retenu l’attention du comité officiel de sélection.

ICF: Parlez-nous du spectacle “KIBARE” que vous devez présenter au MASA?
Florent: La pièce chorégraphique a été créée pour une diffusion universelle mais d’abord pour le peuple d’Afrique d’ici et d’ailleurs. Ajourd’hui, jouer cette pièce révoltante au MASA est une belle et grande occasion pour moi d’interpeler tout africain au réveil et à la prise de conscience sur les tares qui minent le continent africain notamment les mal-gouvernances qui appauvrissent de plus en plus ses peuples et suscitent l’immigration de sa jeunesse vers les pays occidentaux, les effets pervers des systèmes, le terrorisme, les coups d’État, la gabegie et l’exploitation de l’homme par l’homme, en exultant la violence subie par les opprimés du fond des temps jusqu’à nos jours ou les crimes profitent à des oppresseurs d’ailleurs ou à des élites du continent. A travers cette pièce, je demeure à la quête d’une Afrique unie et souveraine ; des solutions et un chemin paisible pour une vie meilleure sur mon continent.

ICF: Qu’attendez-vous au sortir de votre participation à ce marché des arts qu’est le MASA?
Florent: Comme le définit le nom de l’événement (MASA), je vais à la rencontre des professionnels et de la population abidjanaise pour nouer des contacts, échanger avec les artistes du monde mais aussi proposer ma pièce chorégraphique aux professionnels et espérer décrocher d’autres opportunités et programmations du spectacle KIBARÉ où autres de mes créations artistiques en Afrique et ailleurs.

ICF: Nous sommes au terme de notre entretien, quel est votre dernier ?
Florent: Je voudrais par cette occasion remercier toute l’Organisation du MASA, Un grand merci à toutes ces grandes personnalités et structures pour la confiance qui me soutiennent de près ou de loin :
Personnalités et Artistes :
LOKUA KANZA
VINCENT KOALA
SALIA SANOU
IRÈNE TASSEMBÉDO
SMOCKEY BAMBARA
DIDIER AWADI
IDEVERT MEDA
SERGE AIMÉ COULIBALY
PATRICK ACOGNY
ADONIS NÉBIÉ
SAYOUBA SIGUÉ
AHMED SOURA
FRANÇOIS MOÏSE BAMBA
MAATÉ KÉITA
OUSSENI SAKO

Partenaires et médias :
Échangeur CDCN Hauts-de France,
L’Espace des Arts de Chalon- sur-Saône,
CCN de Belfort
ANKATA Bobo Dioulasso,
Institut Français de Bobo Dioulasso,
Théâtre SOLEIL,
(EDIT) Grin des Arts Vivants,
Le CDC la Termitière,
Infos Culture du Faso,
Kulture Kibaré,
Oxygène Mag.Info.

A toute ma famille, amis et collègues pour tout.

Retrouvez moi du 5 au 12 Mars 2022 au palais de la Culture d’Abidjan pour KIBARÉ.
Aimez notre page et suivez notre actualité sur Facebook : https://www.facebook.com/farafinadanse

VIVE les arts africains,
VIVE le MASA,
VIVE le BURKINA FASO
PAIX et UNITÉ en Afrique.

 

Interview réalisée par Boukari OUÉDRAOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
6 ⁄ 6 =