jeu 20 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

BBDA : Les Sociétaires apprennent à l’école du CTIOLA.

Les sociétaires du Bureau Burkinabé du droit d’auteur ont été d’avantage mis au parfum du fonctionnement de la Commission Technique d’identification des Œuvres Littéraires et Artistiques (CTIOLA) et également du Fonds de promotion culturelle (FPC); la rencontre a eu lieu ce 14 février 2019 au siège de l’institution en présence du DG du Bureau Burkinabé de Droits d’Auteur et des responsables respectifs de la CTIOLA et du FPC.

Le fond de promotion culturelle est alimenté par environs 5% des collectes traditionnelles de son service et 50% de la copie privée a déclaré Monsieur Bara, DG du BBDA, une preuve assez illustratrice de la volonté de leurs organisation à encourager la créativité et la production d’œuvre. Au President de l’organisme burkinabé de protection des œuvres littéraires et artistiques, de renchérir que le fond de promotion culturelle a été reformé aux fins d’impliquer le maximum de sociétaires dans la gestion du financières.

Le comité de gestion du fonds est composé de 7 représentants des artistes membres, dans les catégories musique, littérature, art graphique, plastique, audiovisuel, art dramatique et quatre autres du personnes issus du BBDA, a précisé le premier responsable du FPC en la personne de Madame Blandine Yameogo.    Selon la responsable de cette commission, Madame Blandine Yaméogo : « on peut noter comme problèmes, le non payement de l’apport personnel de la part des artistes bénéficiaires de ce fond, le problème entre artistes et producteurs, qui vice versa change très souvent après avoir bénéficié du fond ». Aussi de ces observations ont été tirer des recommandations tels que la non conduite deux fois d’anciens bénéficiaires du fond, l’imposition d’un délai de rigueur pour le versement de l’apport personnel ou encore la présentation d’une attestation fiscale et d’un numéro de registre de la part des prestataires. Pour ce qui est du deuxième point de l’ordre du jour portant sur la Commission Technique d’identification des Œuvres Littéraires et Artistiques ; quant au CTIOLA, son objectif premier est venir à bout des problèmes d’identification et de classement des produits illégal, donc sans institutions, nous a confié Monsieur Bara.

Cette commission dirigée par M. Dramane Konaté et Sam Zongo Etienne a également fait le point sur son fonctionnement. Après avoir donné le rôle essentielle de cette commission, M. Dramane Konaté a tenue à faire remarquer les difficultés que cette commission rencontre, des difficultés liées essentiellement au problème d’identification des auteurs des œuvres collectifs, les problème de formats des œuvres ou encore du genre.

Monsieur Walib Bara en prenant la parole pour aborder le dernier point de l’ordre du jour à savoir la répartition du mois de février, a noté une légère hausse entre février 2018 et février 2019. « En février 2018 on avait comme sommes globale 50.228.486 FCFA et en février 2019 nous sommes à 71.494.683 FCFA ».
C’est un devoir de recevabilité et de transparence dans la gestion de ces différentes commissions qui a conduit le BBDA à tenir cette rencontre avec les journalistes et les créateurs.

Parfait Fabrice SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

ZAGTOULI : des rites initiées pour la paix au Burkina

À Zagtouli, un quartier de la commune de Ouagadougou,...

Festival des Retrouvailles du Nahouri : la première édition ouvre ses portes à Pô

La toute première édition du Festival des Retrouvailles du...

Burkina/Solidarité : Des artistes et acteurs culturels natifs de mai font parler leur cœur

Le camp militaire général Sangoulé Lamizana a accueilli ce...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page