lun 24 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

BISO 2023 : cinq prix attribués aux meilleures œuvres de la troisième biennale

Les promoteurs de la Biennale de Sculpture de Ouagadougou (BISO), ont décerné, le vendredi 6 octobre 2023, cinq prix, à des artistes pour l’ingéniosité de leurs créations à ce troisième rendez-vous qui a regroupé 10 sculpteurs professionnels.

Pour départager les artistes, cinq membres de jury, critique de sculpture, ont été désignés pour cette tâche. Ils ont laissé entendre qu’aucun artiste ne sort perdant dans ce difficile exercice qu’ils ont traité au regard de la qualité des œuvres qui étaient en compétition. Ils ont fait une mention spéciale aux organisateurs de cet évènement culturel d’importance majeure et invité les autorités à accompagner la BISO pour le bonheur des sculpteurs africains.

L’artiste plasticien du Burkina Faso mais d’origine Togolaise, Koffi Mens, a remporté le deuxième prix. « Je suis d’abord reconnaissant parce que rien qu’être déjà à ce rendez-vous, ce n’est pas une chose qui est donnée à tous les artistes », a-t-il dit, estimant que « le plus important, c’est d’être là, faire des rencontres, pouvoir véhiculer ses messages et partager sa vision. Je suis vraiment satisfait de cette biennale ». La création de Koffi Mens, artiste plasticien contemporain, a porté sur la décolonisation de la mentalité africaine. « Le titre de mon œuvre c’est l’autopsie de la mélanine en lien avec la couleur », a affirmé le sculpteur qui dit vouloir par cette création inviter les africains à s’interroger sur les séquelles qu’ils gardent après le passage des colons qui ont laissé « beaucoup de maux ».

« Je prends l’exemple de l’habitude de consommation, la dégradation de l’environnement, l’acculturation, c’est pour dire qu’il faut qu’on fouille dans notre moi pour voir ce qui n’a pas fonctionné et repartir sur de bonnes bases pour rebondir ».

Amidou Koumaré, artiste sculpteur malien, vainqueur ex aequo de la cinquième distinction, s’est dit « très content » d’avoir obtenu cette récompense parce que pour lui, « ce prix est symbolique à l’issue des trois semaines de résidence de création ». « J’estime modestement que ce prix est celui de tous les artistes présents à cette biennale. Cette année, chacun a travaillé à fond et pour moi, c’est l’énergie qu’on a dégagée qui est essentielle », a-t-il soutenu, précisant que sa création vise « à véhiculer le message de la transmission de nos valeurs traditionnelle et culturelle ».

Selon sa conviction, les jeunes de nos jours « ont besoin de certaines connaissances qu’on ne peut avoir que par ce canal. Quand on maitrise les connaissances de nos ancêtres, l’univers nous appartient », a-t-il lancé.

L’initiateur de cette biennale de renom qui à n’en point constitue la première vitrine de promotion et de valorisation de cet art considéré à tort comme réservé à un public élitiste, s’est dit déjà « satisfait » de l’exposition qui continue jusqu’au 8 novembre prochain. Déjà, il a remercié les artistes pour leurs belles expositions au siège du Fespaco, et le public qui ne marchande pas son déplacement pour vivre cette fête des sculpteurs dans la capitale burkinabè.

Il a donné rendez-vous le 8 novembre pour un bilan global de la 3e édition de la BISO qui permet une saine émulation des arts contemporains africains.

Palmarès

  • Grand prix BISO 2023 doté du prix résidence fondation Donwahi: Sadikou Oukpedjo
  • Prix galerie Vallois: Koffi Mens
  • Prix résidence Somian Design: Sébastien Boko
  • Prix JC Gandur: Demba Camara
  • Prix Christophe person: ex æquo Rachel Marsil et Hamidou Koumaré

Parfait Fabrice Sawadogo

  • Infos Cultures du Faso

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Promotion culturelle: Les masques à l’honneur à travers une exposition permanente

Le musée national du Burkina a accueilli, ce vendredi...

Festival international du pétanque: l’édition 2 s’annonce sous le signe de la solidarité

Le comité d'organisation du festival international du pétanque de...

ZAGTOULI : des rites initiées pour la paix au Burkina

À Zagtouli, un quartier de la commune de Ouagadougou,...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page