BISO édition 2021 : les acteurs du BISO OFF en rencontre d’échanges sur l’édition

 BISO édition 2021 : les acteurs du BISO OFF en rencontre d’échanges sur l’édition

C’est dans les locaux de la médiathèque de la mairie de Ouagadougou que s’est tenue, ce samedi 31 juillet 2021, la rencontre des professionnels des arts en vue de préparer la deuxième édition du Biennal international de la sculpture de Ouagadougou (BISO). Cette édition se veut un cadre de promotion pour les artistes africains.

Faire du BISO 2021 une vitrine pour l’épanouissement de la sculpture burkinabè et par ricochet celle africaine, tel est l’objet de la rencontre de ce matin. Présidée par Cheick Moussa Lionel Ouédraogo, la rencontre vise à statuer sur les axes qui marqueront le BISO Off en prélude de la BISO IN Prévue pour se tenir du 08 octobre au 10 novembre 2021. Cette rencontre a réuni les acteurs du domaine des arts plastiques en vue de mener des discussions sur le budget prévisionnel, la mise en place d’un comité de pilotage de l’édition en cours, l’élaboration d’une stratégie de communication. Quel est l’enjeu de ce BISO OFF qui est censé servir de tremplin pour le « BISO IN » ? Hamed Ouattara, coordinateur de ladite activité nous l’explique : « l’idée c’est de parcourir les différents ateliers et espaces artistiques de la ville de Ouagadougou.

Au regard de la crise sanitaire et sociale, cette BISO off vise à accorder plus de visibilité aux artistes en leur offrant un espace d’expression afin de faire valoir leur génie créateur ». C’est une activité de bénéfice commun au profit de tous les acteurs du monde de la sculpture en particulier et pour toutes les formes d’art qui tournent autour de la sculpture,en général. L’une des objectifs majeurs de l’off consiste en la démocratisation de l’espace d’exposition; sensibiliser la population à la consommation de la chose artistique; aller à la rencontre du public burkinabè qui n’a pas la possibilité d’accéder aux espaces feutrés destinées aux expositions. « Aussi, voulons-nous par ce BISO OFF aviser nos autorités sur l’apport du secteur artistique dans le développement socio-économique de notre pays », a-t-il fait savoir.

Des innovations sont attendues au cours de cette deuxième édition. Il y aura des programmes de création spécifique à chaque espace et beaucoup d’acteurs seront réunis à cet effet, nous confie Hamed OUATTARA. Au programme, une multitude d’artistes provenant de divers pays notamment l’Afrique du Sud, la Tunisie sont attendus. Ces artistes, Choisis sur la base de leur talent, seront aux cotés de ceux du Burkina lors de ce biennal. Covid-19 obligeant, les acteurs au centre de cette organisation comptent mettre le digital au centre de leur communication afin de toucher les éventuels absents de ce rendez-vous. Possibilité sera donnée aux artistes, exposants de pouvoir interagir directement avec le public à travers les plateformes numériques comme Facebook, Twitter Instagram, etc.

Permettre également à tous les visiteurs de pouvoir retrouver les différents points d’exposition à travers un site web ; mettre des balises, des drapeaux pour marquer les points d’expositions, sont entre autres des stratégies de communication qui seront implémentées lors de cette deuxièmes édition. Selon les acteurs, c’est une édition riche avec de programmes alléchants qui s’annoncent, un véritable moment de découvertes pour le public burkinabè et international. Rendez-vous est pris pour le 08 octobre au sein de l’Institut français pour la deuxième édition du BISO.

Frederic LENGA (stagiaire)

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 × 8 =