Actualités Extraits vidéos Musique

BRAND NEW : « non à la drogue », le tout nouveau clip-vidéo de Apparatchik pour sensibiliser les jeunes Burkinabè face à ce fléau

L’artiste musicien burkinabè, Apparatchik, a signé un retour sur la scène musicale avec son tout nouveau clip-vidéo intitulé «non à la drogue». Sortie ce samedi 26 juin 2021 en marge de la Journée internationale de la drogue, cette nouvelle chanson se veut un appel et une interpellation de la jeunesse burkinabè sur les méfaits de la drogue.

Comme précédemment annoncé, En marge de la journée internationale de la drogue, l’artiste musicien Apparatchik, à l’état civil Abdoul Halim Ouédraogo, a lâché son «  nouveau bébé » sur la scène musicale burkinabè. En effet, ce samedi 26 juin 2021, précisément à 10h GMT, l’artiste a officiellement présenté son clip « non à la drogue ». De ce pas, un tout nouveau clip-vidéo de sensibilisation qui vient se frotter à la concurrence musicale au Burkina Faso.

« Non à la drogue » est un message de sensibilisation face l’addiction des stupéfiants, en l’occurrence la drogue. Chanté en langue française, dans un style habituel qu’utilise l’artiste, soit le Hip Hop, ce clip est sorti en marge de la journée internationale de la drogue et a pour objectif d’appeler la jeunesse burkinabè à sortir de l’addiction de ce fléau, qui à écouter la mélodie, paralyse tout les systèmes dans lesquels interviennt ces dits jeunes.

Ainsi, la vidéo présentée, dépeint le vécu des esclaves de ce stupéfiant. « consommé dans les yaard et marché, les lycées et universités, etc. », «  cocaïne, heroïne, tramadole tu tue ma jeunesse », «  regarde la violence et la délinquance qu’elle cause », «  si tu veut réussir ta vie évite cette drogue, on peut bien réussir sa vie sans la toucher », sont là dès passage qui illustrent « parfaitement » les objectifs recherchés par l’artiste,avec cette sortie.

Parti d’un groupe de rap dénommé 2P (presta positif), Abdoul Halim Ouédraogo, technicien en marketing, gestion commerciale et contrôleur des douanes, concilie bien musique et fonction. A l’entendre, son inspiration est née d’un amour pour des rappeurs burkinabè comme Basic Soul, la censure, Smokey, Yeleen et du rap français.

Une magnifique chanson à consommer sans modération via le lien👇👇👇
https://www.youtube.com/watch?v=9BJ2FwxMWjY

Abdoul Gani Barry  (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 14 =