Actualités Célébrités Entretien

Burkina : “2020 présente un bilan culturel positif”, Hervé David Honla

L’année 2020 s’achève et l’heure est au bilan. Infos Culture du Faso a tendu son micro à certains acteurs culturels pour avoir leur avis sur la couleur de l’année qui s’achève. Le journaliste culturel, Hervé David Honla est l’un d’entre eux. Il nous donne son avis sur la question.

Pour le critique et analyste culturel, 2020 présente un bilan positif au Burkina Faso même si cela étonnera beaucoup de personnes. Selon lui, le Burkina Faso est particulièrement le seul pays en Afrique qui a combattu en faveur de la culture malgré l’environnement hostile de la Covid-19. Il a laissé entendre que le le pays a brillé par sa résilience. “Tout est parti du Burkina Faso. Les acteurs culturels en France et partout manifestent dans ce sens mais le Burkina s’y était engagé depuis. Nous avons anticipé les choses et celà a permis aux autorités de revoir leur stratégie en la matière”, a-t-il expliqué.

” 2020 était une année positive malgré la conjoncture sanitaire et sécuritaire. Les acteurs culturels ont pu tirer leurs épingles du jeu. Depuis le mois de septembre le secteur a commencé à sortir de l’ornière”, a-t-il complété. “Le Chat” comme il se fait appeler affectueusement sur la toile pour sa dextérité dans la critique des œuvres artistiques pense que la prochaine fois qu’il y aura ce type de crise, le pays saura à quoi s’en tenir. Il n’a pas manqué de reconnaître néanmoins que certains artistes n’ont pas pu atteindre leurs objectifs en 2020.

Hervé David Honla a terminé ses propos en souhaitant pour 2021 que les autorités politiques du pays pensent davantage à la restructuration du secteur de la culture. “Nous voulons plus d’infrastructures comme celà est le cas dans bien d’autres domaines et surtout dans les autres villes du Burkina. Les artistes rencontrent d’énormes difficultés dans la poursuite de leurs objectifs à ce niveau”, s’est il exprimé. En outre, il serait nécessaire selon lui, de revoir le budget alloué au secteur de la culture et enfin qu’une formation à la base soit instituée pour inculquer l’authenticité culturelle à la nouvelle génération.

Sidbéwendé ZONGO 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 + 16 =