Changement de site et d’identité du Centre national d’artisanat d’art: Le Directeur Baguibié BADO livre les détails

 Changement de site et d’identité du Centre national d’artisanat d’art: Le Directeur Baguibié BADO livre les détails

Annoncé pour être délocalisé du côté du Musée national du Burkina, le Centre national d’artisanat d’art (CNAA) sera rebaptisé en Centre national de formation en artisanat d’art Birigui Julien OUÉDRAOGO (CNFAA-BJO) avec l’accord du conseil des ministres du 23 septembre dernier. Dans le souci d’avoir plus de détails, une équipe de “Infos Culture du Faso” a été reçue ce mercredi 30 septembre 2020 par Baguibié BADO, Directeur dudit centre.

Le Centre national d’artisanat d’art (CNAA) se présente comme une direction technique de la Direction générale de la formation et de la recherche (DGFR) du ministère en charge de la Culture, des Arts et du Tourisme. De ce fait, il est surtout chargé de la formation, le perfectionnement des artistes et artisans, ainsi que la production et la commercialisation des œuvres d’arts et d’artisanat. En un mot, il constitue tout simplement le creuset de l’artisanat d’art au Burkina Faso. Et à croire aux propos du directeur du CNAA, monsieur Baguibié BADO, le centre compte plus de 96 artistes et artisans répartis en onze sections qui sont entre autres le bronze, la peinture, le batik, les instruments de musique traditionnelle, la couture et broderie, sculpture sur bois, la section pyrogravure, etc. “Le Centre a formé divers artistes et artisans de renom, à savoir Sidiki KY, Ali NIKIÈMA, Yaya SENOU, Hamidou SISSAO,…”, a-t-il signifié.

Cependant, les autorités en charge de la Culture, des Arts et du Tourisme ont constaté la quasi inexistence du volet formation au CNAA de nos jours, au détriment de la production. C’est d’ailleurs ce qui a motivé la rebaptisation du CNAA en Centre national de formation en artisanat d’art Birigui Julien OUÉDRAOGO (CNFAA-BJO) en conseil des ministres du mercredi 23 septembre dernier, afin de redynamiser la formation au sein de ce centre. Et pour joindre l’utile à l’agréable, le désormais CNFAA-BJO sera délocalisé dans ses nouveaux locaux dans l’enceinte du Musée national du Burkina, en ce sens même que les présents locaux ne répondent pas aux besoins actuels.

À cet effet, monsieur BADO s’est exprimé en ces termes; “le transfert de ce centre au sein du musée vise à mieux répondre à sa nouvelle politique qui est de mettre l’accent sur la formation. Et ce nouveau site sied parfaitement, en ce sens qu’il est bâti sur une superficie de trois hectares. D’ores et déjà les locaux devant abriter le nouveau siège sont fin prêts. Nous avons l’effectivité des locaux de l’administration, une grande salle d’exposition, et des salles de classes pour démarrer la formation. Et nous comptons démarrer d’abord avec la sculpture en bronze, la peinture et le batik”.

Pour lui, il n’y a aucun doute que cette nouvelle dynamique marque un nouveau point de départ dans la mise en place d’une meilleure politique de promotion de l’artisanat d’art au Burkina Faso. Aussi est-il revenu sur le choix porté sur Birigui Julien OUÉDRAOGO comme nom de baptême de ce centre. ” Feu Birigui Julien OUÉDRAOGO, né en 1926 a été un administrateur des postes et télécommunications, homme politique et grand artiste-peintre. Il a d’ailleurs été le premier Directeur du Centre voltaïque des arts, aujourd’hui appelé CNAA. Et le choix porté sur son nom n’est qu’un hommage pour l’héritage artistique qu’il a laissé à travers le CNAA, le Centre de formation artisanale et artistique à Gourcy, son village natal, etc. Il a d’ailleurs été à l’origine de l’introduction du batik au Burkina Faso”, a-t-il justifié.

Aussi, monsieur BADO a tenu à préciser que la date de la cérémonie officielle de baptême dudit centre sera choisie par les autorités. “Déjà à notre niveau, nous travaillons de sorte à rendre les nouveaux locaux disponible à temps. Les élèves à former sur ce nouveau site seront formés par certains pensionnaires du centre. Et je voudrais au nom du premier responsable de la Direction générale de la formation et de la recherche du MCAT, lancer un appel aux parents désirant inscrire leurs enfants aux différentes formations dans le dit centre, à le faire lorsque le processus de recrutement sera enclenché”, a-t-il indiqué avant de féliciter la plateforme Infos Culture du Faso pour son rôle dans la promotion de la culture au Burkina Faso.

Boukari OUÉDRAOGO
Fabrice Parfait SAWADOGO

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 2 =