Chorégraphie: le spectacle « Remember » de Olivier Gansaoré appelle à un retour aux valeurs endogènes

 Chorégraphie: le spectacle « Remember » de Olivier Gansaoré appelle à un retour aux valeurs endogènes

La salle du Centre de développement chorégraphique (CDC) la Termitière a accueilli ce 13 juin 2022, la sortie de résidence acte 1 de la création du danseur professionnel Olivier Kiswensida Gansaoré. Baptisé « Remember », le présent spectacle s’attarde sur le retour à la source.

Dans une société enclin au modernisme et à une perte massive des valeurs cardinales, le bon sens voudrait que chacun y mette du sien afin de les restaurer. Et ça, le jeune chorégraphe professionnel burkinabè Olivier Kiswinsida Gansaoré tente de jouer sa partition à travers ce qu’il sait faire le mieux, c’est-à-dire la danse. En effet, après plusieurs semaines de résidence de création, il a procédé dans la soirée de ce lundi 13 juin 2022, à la présentation de son spectacle « Remember ». Un mot anglais qui signifie littéralement « Se souvenir », comme pour dire de marquer un retour à nos valeurs qui autrefois nous définissaient.

Pour ce faire, hommes de médias, chorégraphes et autres amoureux de la danse ont pris d’assaut la salle internationale de la CDC- La Termetière. Une heure, c’est le temps qu’aura pris ce merveilleux spectacle. De la mise en scène, aux pas de danse en passant par la lumière et les sonorités, tout a bien concocté afin de donner une certaine originalité au spectacle.

du danseur professionnel Olivier Kiswensida Gansaoré

Et à en croire l’auteur, Olivier Gansaoré, une danse chacun comprends de sa manière lors de ces types de spectacles. “J’essaie d’inviter les uns et les autres au retour à la source d’où la dénomination « Remember ». Vous conviendrez avec moi que nos valeurs authentiques se dégradent chaque instant qui se passe. Les hommes d’aujourd’hui sont préoccupés par la recherche du bien matériel, la célibrité, la domination, tout en oubliant l’amour, la solidarité, l’humanisme, l’harmonie, le vivre-ensemble, etc. Ces comportements à l’image du tribalisme, l’individualisme et bien d’autres ont handicapé notre tissu social. L’idée pour moi, c’est de rappeller, interpeller tous les Africains aux valeurs morales et authentiques”, a-t-il soutenu

Le représentant du Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA) et par ailleurs ancien chorégraphe, Alassane Kongo

Le représentant du Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA) et par ailleurs ancien chorégraphe, Alassane Kongo, a quant à lui, ténu à saluer la pertinence de du spectacle mais aussi et surtout le message qu’il incarne. De ses dires, il faut que les gens consultent leurs sources et les exploitent. “En effet, les gens ne se respectent plus, ils ne se saluent plus. Disons que la politesse est au crépuscule de la recherche du gain matériel. Le masque que portait Olivier symbolise les gens qui ne voient plus. Et c’est un fait dans nos sociétés. Ce genre de prestation qui encourage et nous rappelle de ces trésors que nous perdons au fur et à mesure reste salutaire”, foi de monsieur Kongo.

Modou TRAORÉ (stagiaire)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
8 − 7 =