Actualités Danse Info Presse Spectacle

Chorégraphie : Parcours du chorégraphe Lacina Coulibaly.

Le directeur artistique de la compagnie Hakili Sigi, Lacina Coulibaly est un pionnier de la danse contemporaine au Burkina Faso. Aujourd’hui, il essaie de mettre sur pied une réflexion pour valoriser la danse traditionnelle au Burkina Faso. Lisez plutôt !

Être un laboratoire chorégraphique qui œuvre dans la promotion et à l’apprentissage de la danse traditionnelle, tel est l’objectif recherché de la compagnie Hakili Sigi, du chorégraphe Lacina Coulibaly. En effet, créée en 2016, le chorégraphe entend rattacher la tradition africaine des masques à la danse contemporaine. Une occasion, selon lui, de faire un retour à la tradition africaine des masques qui révèle le souvenir d’enfance de la cérémonie d’initiation. Après 12 ans dans l’éducation comme enseignant d’art chorégraphique dans des universités aux Etats Unis, le jeune Lacina a confié qu’à un moment donné, la scène et la création chorégraphique lui manquaient.

« C’est en 2006 que j’ai commencé avec Brand University, puis à Yale University, à New School, à Barnard School », a-t-il laissé entendre. En créant un duo chorégraphique avec Ibrahim qu’il a jugé opportun de mettre une structure « Hakili Sigi » qui est une représentation qui intervient dans l’enseignement comme dans la création chorégraphique. Aujourd’hui, il entend à travers des tournées dans les régions du Burkina Faso promouvoir son spectacle « SEN KORO LA » ou le rite des initiés. Mais avant cela, le chorégraphe Lacina Coulibaly a fait ses débuts avec la compagnie «  Kongo Bâ Teria » créé avec ses deux coéquipiers danseurs Souleymane Badolo et Ousseni Sako.

Compagnie qui a été lauréate des rencontres chorégraphiques à Madagascar en 2000. Par la suite, des tournées aux Etats unis, en Europe et en Afrique. La séparation survint avec le départ de Ousseini Sako qui a rejoint la compagnie de Salia Sanou qui à l’époque avait de nombreuses tournées à travers le monde. C’est à l’issue de ce départ que la compagnie « Kongo Ba Teria » va enregistrer le chorégraphe Bienvenue Bazié dans son rang. Il a, d’ailleurs, noté que c’est avec ce dernier qui ladite compagnie connaitra de nombreuses tournées. Sur ce, le jeune Lacina va, à son tour quitter « Kongo Ba Teria » pour la compagnie « FasoDance » de Serge Aimé Coulibaly. À cette occasion, il travaille en tant que chorégraphe assistant pendant 4 à 5 ans où il fait deux créations chorégraphiques et effectue de nombreuses tournées. Le danseur a reconnu que l’apprentissage de la danse traditionnelle africaine n’est pas une histoire de deux ou trois ans.

Or, a-t-il déploré, c’est ce que les écoles, de nos jours, exigent qu’on l’enseigne en 3 ou 4 mois. Le problème est que, a-t-il insisté, tout cela repose sur des connaissances de plusieurs générations à cumuler en vue de simplifier pour rendre accessible. Enfin, il a expliqué que sa compagnie pour le moment, bénéficie de soutien à travers une résidence à l’école de danse d’Irène Tassembedo (EDIT) et une autre au Centre de développement de la chorégraphie la termitière (CDC).

Achille ZIGANI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 ⁄ 1 =