Actualités Cinéma Culture

CINÉMA: ‘’Buud Yam’’ de Gaston Kaboré redécouvert à l’Institut Français de Ouagadougou

L’Institut Français de Ouagadougou en collaboration avec l’Institut Supérieur de l’Image et du Son (ISIS) ont procédé à une projection thématique suivie d’un échange avec un spécialiste du cinéma. Au programme ce jeudi 25 juin 2020, la redécouverte du célèbre film ‘’Buud Yam’’ du réalisateur burkinabè, Gaston Kaboré, lui-même présent dans la salle ‘’Petit Méliès’’.

 

Dès l’entame de la cérémonie, le directeur de l’Institut Français, Patrick Hauguel, a pris la parole pour remercier l’invité du jour, le réalisateur Gaston Kaboré et lui montrer sa gratitude d’avoir accepté de répondre présent. Tout en remerciant aussi le public d’être venu si nombreux, il a procédé au lancement de la projection.

Durant 1H 37 minutes, les spectateurs venus nombreux pour redécouvrir ce beau film qui date maintenant de plus de 23 ans, étaient partagés entre admiration et émotion. Bref, dans l’ensemble, ils ont apprécié de revoir ce film. De l’admiration, parce que la réalisation de ce film a pris en compte presque tout le paysage burkinabè. A ce propos, le réalisateur lui-même présent dans la salle, soutiendra que son équipe et lui ont parcouru plus 17 milles km à travers les quatre coins du pays. Et l’émotion s’est invitée au rendez-vous à travers l’histoire retracée dans ce film.

A la fin de la projection, le réalisateur de ‘’Buud Yam’’, qui n’est rien d’autre que le célèbre Gaston Kaboré a pris la parole pour remercier L’Institut Français d’avoir pris l’initiative avec l’ISIS pour reprogrammer ce film. Il a ensuite remercié le public présent dans la salle à cette circonstance, et qui étaient pour la plupart des étudiants de l’ISIS, des réalisateurs, des acteurs-comédiens, ainsi que des membres de son équipe technique.

Par ailleurs, il s’est prêté aux questions et remarques des spectateurs présents dans la salle. Dans, l’ensemble, tous étaient unanimes sur la réussite, surtout de l’actualité de ce film. D’ailleurs, une réalisatrice burkinabè du nom de Mamounata Nikiema, présente à cette projection s’est exprimée en ces termes « ‘’Buud Yam’’ date de 23 ans, mais quand on le regarde, on a l’impression que ce film date de nos jours, en ce sens qu’il véhicule des thèmes qui sont d’actualité, notamment la solidarité, le vivre ensemble entre les différentes ethnies. En claire, il retrace la situation socio-économique, politique et culturelle de notre pays. A mon humble avis, je pense que sa programmation à grande échelle dans les quatre coins du pays, pourrait jouer un grand rôle dans l’apaisement des cœurs et aussi la réconciliation intercommunautaire».

Cependant, les spectateurs ont de façon unanime fait savoir au réalisateur, Gaston Kaboré, leur impatience quant à la sortie de la suite de l’histoire, bien que qu’on sache que ‘’Buud Yam’’ est également une suite logique de son film ‘’Wend Kuuni’’, sorti dans les années 1982. A cela, il a fait savoir, que la suite est toujours en réflexion et en préparation, mais qu’il ne saurait donner une idée précise sur la date.

Avant de clore cette projection-débat, le réalisateur Gaston Kaboré a prodigué des conseils aux étudiants cinéastes. «Si vous voulez être de vrais et de bons cinéastes, vous devez cultiver la passion du cinéma. Je vous invite à voire de plus en plus des films. Mettez-y le cœur et l’esprit sur l’aspect cohérence du film. Car cet aspect peut peut vous aider à mieux élaborer des récits. Aussi les films existent parce qu’il y a des spectateurs», a-t-il souligné.

Parfait Fabrice SAWADOGO 

Boukari Ouédraogo (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 ⁄ 4 =