CINÉMA: Gustave Sorgho, ce banquier qui a tout plaqué pour sa passion, le cinéma

 CINÉMA: Gustave Sorgho, ce banquier qui a tout plaqué pour sa passion, le cinéma

«Tonton Gaoussou» pour certains, et «Sidiki» pour d’autres, Dak Jean Gustave Sorgho, puisque c’est de lui qu’il est question, est un brilliant acteur-comédien burkinabè, né le 25 mars 1953. L’homme est très sollicité dans bien de productions au Burkina ainsi que dans d’autres pays africains. Il est aussi membre du Bureau de l’Académie des “SOTIGUI”.


Enseignant de formation, agent de banque par la suite, Gustave Sorgho a opéré son passage du théâtre au cinéma comme dans une sublimation. Il a fait ses premiers pas au théâtre avec un autre grand homme du cinéma burkinabè, feu Sotigui Kouyaté. Il est à noter que Gustave Sorgho fut un grand complice de feu Sembène Ousmane (cinéaste sénégalais). A cet effet, Il ne boucle cinq minutes de conversation, sans citer feu Sembène Ousmane, Celui-là même à qui, il affirme tout devoir.

Du reste, Gustave est très populaire aussi bien chez lui au Burkina Faso comme dans beaucoup d’autres pays africains. Non seulement pour son côté convivial et chaleureux, mais aussi et surtout pour ses nombreux rôles incarnés dans plusieurs séries. Rôles qui lui valent certains surnoms sympa. On peut citer entre autres «Tonton Gaoussou» et «Sidiki».


Véritable icône du cinéma africain en général et du cinéma burkinabè en particulier, Gustave a une filmographie très large. En effet, il a participé en tant qu’acteur dans des films comme “L’or des Younga”, “Le secret”, “Wendemi”, “Si longue que soit la nuit”, “Yelbeedo”, et le célèbre long métrage “Camp de Thiaroye” d’Ousmane Sembène et de Thierno Faty Sow, tournée en 1988 au Sénégal. Il a aussi participé à des series telles que “Ina”et “Le testament” etc…

La Rédaction 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
25 × 28 =