CINÉMA : les ‘’Séquelles’’, le tout nouveau film de Salam Sanfo projeté pour la première fois

 CINÉMA : les ‘’Séquelles’’, le tout nouveau film de Salam Sanfo projeté pour la première fois

Salam Sanfo inscrit un nouveau film dans la liste des films burkinabè, baptisé Les <<Séquelles>>. Le film a été projeté pour la première fois ce mardi 28 décembre 2021 au ciné nerwaya à Ouagadougou.

Le producteur Salam Sanfo a présenté son tout nouveau produit du septième art à la presse et aux cinéphiles. Il s’agit du film titré les <<séquelles>>. Dans ce film, il est question d’une jeune fille âgée de 20 ans qui se trouve en classe d’examen du Baccalauréat. Elle a été arrachée de force par son père pour être donnée en mariage à un vieux polygame. Après la consommation du mariage, elle a subi les moqueries et autres dénigrements de la part de ses coépouses, sous le silence coupable de son mari. Dépassée par la situation, Zeynab prend la fuite pour se rendre en ville afin de terminer ses études et s’engager avec l’homme de ses rêves. Et ce fut le cas. Ayant abandonné sa fille avec son premier mari, elle s’est remariée en ville avec un autre homme après son succès au baccalauréat. Ironie du sort, elle reçoit un jour une bonne du nom de Sanfo, c’était sa propre fille. Elle l’a maltraitée sans le savoir, et cette dernière fiancée au premier fils de son deuxième mari. c’est dans les présentations de famille au village que Zeynab se retrouve à la case départ. Et se souvient à nouveau de tout. Dans ce film plusieurs thématiques son abordées comme le mariage forcé, le genre féminine, également le banditisme.

Sawadogo Cheik Oumar, artiste comédien burkinabè, a incarné le rôle de chef Koglweogo dans le film.

Sawadogo Cheik Oumar, artiste comédien burkinabè, a incarné le rôle de chef Koglweogo dans le film. Dans ce rôle, il tente de dépeindre le côté positif des actions des groupes d’auto-défense. Cela pour sensibiliser les gens à se démarquer de cette lecture négative sur les actions de ces groupes. Présents pour ne rien manquer et surtout curieux de découvrir le contenu du film, les cinéphiles ont répondu à l’appel. Kiswensida Rachida, étudiante. confie être là pour suivre le film les ‘’Séquelles’’. Pour sa part, c’est un film qui éduque et sensibilise. Pour avoir tiré beaucoup de leçons après avoir suivi le film, elle dit ne pas regretter d’être venue. De ses dires, elle se trouve fascinée par le personnage de Zeynab l’actrice principale, dont elle estime qu’elle a bien joué son rôle.

Ali Zongo, réalisateur du film, le titre <<séquelles>> est tiré de toutes ces traces indélébiles

A en croire Ali Nabi Zongo, réalisateur du film, le titre <<séquelles>> est tiré de toutes ces traces indélébiles que peuvent laisser sur quelqu’un qui est confronté au mariage forcé, au banditisme, etc. il poursuit en parlant du banditisme. C’est pour dénoncer les difficultés que les gens rencontrent dans leur quotidien, notamment la recrudescence des braquages des ponts de transfert d’argent électronique, fréquentes dans les villes du Burkina. Il a terminé ses propos en invitant l’ensemble des cinéphiles à se faire plaisir en passant suivre le film et encourager du même coup les réalisateurs à continuer de produire des films qui ont de la matière. Car, selon lui, le problème de financement est un véritable handicap pour eux en tant que réalisateurs.

La projection du film se poursuit du côté du ciné nerwaya le 02 Janvier 2022.

Souleymane FOFANA (stagiaire)

1 Comment

  • Félicitations à ces burkinabé qui se battent pour notre cinéma. Félicitation au réalisateur Ali Zongo qui un ami et un mentor pour moi

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
22 − 7 =