jeu 18 juillet 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

CINÉMA: Timbuktu fait chavirer les cinéphiles aux journées cinématographiques franco-burkinabè

Dans le cadre des journées cinématographiques franco-burkinabè, plusieurs films furent programmés au sein de l’institut français de Ouagadougou. Les projections ont débuté le mardi 17 novembre dernier et ce 18 novembre 2020 fût le tour de Timbuktu d’apparaître sur le grand écran de cet établissement parmi tant d’autres. Un long métrage qui a véritablement fait chavirer les cinéphiles présents.

Pour les journées cinématographiques franco-burkinabè, en plus des activités initiées, les projections de films constituent l’une des plus cruciales. A cet effet, plusieurs films burkinabè comme le Bonnet de Modibo de Boubacar DIALLO, DUGA de Hervé Eric LENGANI et Abdoulaye Dao etc. et bien attendu français furent programmés et projetés. Et pour ce 18 novembre, le film Timbuktu ,représentant la France en compagnie d’autres films , fût le coup de cœur de certains cinéphiles.

Timbuktu, aussi appelé le « chagrin des oiseaux », est un film dramatique franco-mauritanien réalisé par Abderahmane SISSAKO, sorti en 2014. A la suite d’un attentat à Tombouctou, le tournage s’est déroulé à Oualata ( Mauritanie). Ce film raconte l’histoire du Mali , où des islamistes envahissent la ville de Tombouctou et y impose la charia. Ils bannissent la musique, le football, les cigarettes, procèdent à des mariages forcés, persécutent les femmes et y improvisent des tribunaux qui rendent des sentences injustes et absurdes. Cependant, ce film exprime la force des maliens, qui malgré la férocité de leur répression, la population résiste avec courage, souvent même au nom d’une autre conception de l’islam.

Un film avec des scènes touchantes, n’ont pas laissé les cinéphiles indifférents tout au long de la projection ; d’aucuns même disaient qu’il représente l’un de leur coup de cœur. Rappelons que Timbuktu fut récompensé par sept césars en 2015, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur ainsi que d’autres distinctions.

Asmaho ZOUNGRANA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Industrialisation du cinéma: un pan de l’économie à la traîne

Du 25 février au 4 mars 2023, Ouagadougou a...

Festival ciné village de Kouila: C’est terminé pour la 10e édition

Débuté le 1er mai dernier, c’est ce dimanche 5...

Festival ciné village de Kouila: Une cérémonie d’ouverture en grande pompe

Voilà déjà dix années que le rendez-vous cinématographique, le...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page