Actualités Célébrités Cinéma

CINÉMA: zoom sur le réalisateur et producteur burkinabè, Kollo Daniel Sanou

Né en décembre 1949 à Borodougou (province de Houet) au Burkina Faso, Kollo Daniel Sanou est réalisateur et producteur burkinabé. Avec une carrière cinématographique très riche, il fait partie des grandes figures du cinéma burkinabè.

Après une formation à l’Institut national de l’audiovisuel et au Conservatoire libre du cinéma français à Paris, Kollo Daniel Sanou regagne la Haute-Volta, l’actuel Burkina Faso, et réalise avec la société Cinafric son premier long-métrage intitulé Paweogo (l’immigrant) prix de la première œuvre au FESPACO 1983. Considéré comme l’une des grandes figures du cinéma burkinabè, il s’essaie à la publicité en 1986, mais retourne vite à sa véritable passion qu’est le cinéma.

Sanou Kollo travaille par la suite à la direction de la production cinématographique puis à la Direction de la production audiovisuelle du Ministère de l’Information du Burkina Faso. Il termine sa carrière administrative à la Télévision Nationale de son pays. En 2000, il se lance dans des productions privées avec la célèbre série “Taxi Brousse” coproduite avec l’Agence Proximités au Bénin.En 2005, il réalise “Tasuma” (Le Feu) qui obtient de nombreux prix parmi lesquels l’Étalon de bronze, le prix du public (prix RFI), le prix Lionel Ngakane, (Afrique du Sud), le prix de la CEDEAO, le Prix du jury jeune du Festival du film Africain de Angers en France, etc.

En 2011, Sanou Kollo réalise “Le Poids du Serment”, un long métrage qui traite des croyances traditionnelles face à une secte. La post-production de ce film a été possible grâce a une coproduction acquise avec le Centre Cinématographique Marocain. Ce film obtiendra le Prix du meilleur montage au FESPACO 2011, le Prix du jury jeune du Festival du film Africain d’Angers en France en 2011, le Grand prix au festival international du film de Innsbruck en Autriche en 2011, le grand prix du Festival des films de la lagune à Abidjan en 2012 et le grand prix du Festival Film Francophone de Kalamazoo dans le Michigan aux États-Unis en mars 2013.

À partir de 2012, Sanou Kollo est co-scénariste et réalisateur de plusieurs épisodes de la série télévisuelle “Affaires Publiques” produite par la Télévision Nationale du Burkina Faso. Il est également enseignant vacataire à l’Institut Supérieur de l’Image et du Son (ISIS) à Ouagadougou. Il y assure un cours théorique et pratique sur la réalisation cinématographique aux étudiants de la première et de la deuxième année de l’ISIS. Kollo est également enseignant vacataire à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM). Il y assure un cours théorique et pratique sur la réalisation cinématographique aux étudiants du cycle Ingénieur du Cinéma et de l’Audiovisuel (ICAV) , aux étudiants du cycle Administrateur du Cinéma et de l’Audiovisuel (ACAV) ainsi qu’aux Techniciens Supérieurs du Cinéma et de l’Audiovisuel (TSCA).

Il détient en tout, une filmographie exceptionnelle à savoir Beogo Naaba (Chef de demain) en 1978; Paweogo (l’Émigrant) en 1982; Jigi (l’Espoir) en 1992; Marcel et le médiateur du Faso en 1998, une co-réalisation avec Pierre Rouamba; Taxi Brousse en 1999-2004; Tasuma (le feu) en 2005; Le poids du serment en 2011; Docteur Yeelzanga en 2012; Affaires Publiques en 2012-2016; etc. Il est aussi auteur bde plusieurs films documentaires dont Les Dodos en 1980; L’Artisanat et son pays en 1984; Jubilé d’une cathédrale en 1984; Sarraouina en 1987; Fespaco 1989, sorti en 1989; L’artisanat et son pays en 1987; Siao 1991, sorti en 1991; La Piraterie, un fléau en Afrique de l’Ouest en 2000; Droit de mémoire (co-réalisation avec Pierre Rouamba) en 2006; Après l’urgence (co-réalisation avec Jean-Claude Frisque) en 2007; Le Bon Riz de Madame Moui (produit par la Coopération de Taiwan au Burkina Faso) en 2013; L’Aigle et le Caméléon en 1984.

Une carrière aussi prolifique qui lui vaut d’ailleurs, plusieurs distinctions honorifiques. Ce sont entre autres Chevalier de l’ordre du mérite des arts, des lettres et de la communication du Burkina Faso en 2002; Chevalier de l’ordre Burkinabè en 2008 et Chevalier de l’ordre des étalons en 2019.

La rédaction 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 9 =