ven 14 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Clôture du SIAO : Sana Bob fait bouger le public.

A l’occasion de la clôture de la 15e édition du SIAO, un plateau musical a été dressé au profit des mélomanes. Des prestatation de plusieurs artistes et humoristes burkinabé ont émerveillé la foule. Parmi ces musiciens, l’artiste Sana Bob a le plus marqué le public au cours de sa prestation.


Sur le plateau musical dressé dans la cours du Salon international de l’artisanat africain, des artistes et humoristes se succèdent. Les spectateurs depuis le début, sont restés sans bouger. Il est vingt une heure précis. L’artiste burkinabè Sana Bob est annoncé. Le son du Clavier retentit. La tonalité du rudga ou violon traditionnel confirme son entrée et a rassuré le public qui est sorti de sa torpeur. Un public qui, depuis un certain temps, morose, et qui était resté sur sa soif. Il fait son entrée sur scène comme d’habitude, avec son mégaphone. Symbole d’interpellation, il le fait retentir à la joie des admirateurs. Dans son style musical assez singulier qui repose sur un mariage du reggae à la sauce de blues « made in Africa », Sana Bob a mêlé Wed bendé à travers sa mélodie « Na saamè ». Par ailleurs, la particularité de cette prestation à la clôture du SIAO, est d’avoir fait bouger le public jusqu’au bout quand il a entonné le chant « Mon pays O, il faut qu’il ça change ! ».

C’est ainsi que la joie des enfants, des femmes se fait entendre. La folie de ses fans venus massivement pour l’aduler, voulait immortaliser la scène dans leurs smartphones. Sa mélodie « Ensemble » est chantée avec ses fans avec les portables allumés pour soutenir les Forces de défense et de sécurité. Et dans un élan musical qui est un mélange assidu d’influence traditionnelle au beat moderne, il vient de confirmer sa popularité. D’ailleurs, une célébrité dont il bénéficie ces derniers temps  aux yeux des mélomanes burkinabè. Pendant une heure, son énergie puissante et infatigable de sa voix suave est entremêlée au son de la kora et du bendré. Et ses chants étaient d’une nature unificatrice du peuple face au terrorisme.


Achille ZIGANI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

ZAGTOULI : des rites initiées pour la paix au Burkina

À Zagtouli, un quartier de la commune de Ouagadougou,...

« Naam toga ne Waoogré » : Le tout nouveau clip de la sœur P. Anne Marie Kaboré

Fort de cinq minutes cinquante sept secondes (5'57), Sœur...

Concert « Résilience »: Le comité d’organisation prêt à 98%

Le concert « Résilience » de l’artiste musicien Reman,...

Pô: Le promoteur Damien Copia offre deux millions aux jeunes du Nahouri

Plus de dix mille visiteurs du festival des Retrouvailles...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page