Actualités Spectacle Théâtre

« Conter pour la Cohéson Sociale et la Paix » : Une cure de conteurs pro contre une société « moderne » en perte de valeur

La compagnie Arts et Intersection a présenté le jeudi 6 février 2020 au Théâtre Soleil, la grande première de sa pièce de théâtre intitulée « Conter pour la Cohésion Sociale et la Paix ». Mise en scène par le dramaturge Paul Zoungrana, cette représentation théâtrale, qui s’est proposée de questionner les valeurs de la culture Africaine pour consolider le vivre ensemble, a connu la participation de 8 conteurs professionnels de plusieurs ethnies du pays des hommes intègres.

Une vue du public

De la charte de Kouroukanfouga écrite en 1235 (la plus ancienne déclaration des droits de l’homme), en passant par les différentes origines des parentés à plaisanterie, le spectacle « Conter pour la Cohésion Sociale et la Paix » a ébloui pendant plus d’une heure les nombreux spectateurs qui ont effectué le déplacement ce 6 février au Théâtre Soleil pour être témoin de sa grande première. Il a su raconter, à partir d’une bagarre fortuite qui s’est déclenchée au bord d’une borne fontaine, la perte actuelle des valeurs de vivre ensemble qui font que certaines ethnies qui ne devaient pas se disputer arrivent malheureusement à s’échanger des coups de points.

Paul Zougrana a confié que l’objectif avec « Conter pour la Cohésion Sociale et la Paix » est de jouer dans les quartiers populaires et non en salle

Conter pour la Cohésion Sociale et la Paix montre, grâce au talent de huit conteurs ( des conteurs issus des ethnies Peul, Bobo, Samo, Mossis, Bissa, Gurunsi, Gourmantché), que l’Afrique notamment le Burkina Faso regorge de richesse en matière de sagesse, de vivre ensemble et de cohésion sociale. Parmi ces richesses, la présente mise en scène s’est beaucoup tablée sur la parenté à plaisanterie qui existe entre les ethnies des huit conteurs. Après une heure de voyage dans le temps à bord de la création de la compagnie Arts et Intersection, le metteur en scène Paul Zougrnana a souligné que le principe du spectacle est de délier les langues, créer des cadres d’échanges entre les différentes ethnies, afin de maintenir la cohésion sociale.

Les huit conteurs ont fait montre de professionnalisme sur scène

Du coté des spectateurs, Martin Zongo, administrateur du Carrefour International de Théatre de Ouagadougou (CITO) a laissé entendre qu’il avait sa petite idée sur le contenu de la pièce rien qu’en regardant le titre, mais ce qu’il avait imaginé a été dépassé par la réalité de ce qu’il a vu. Il poursuivra en indiqua que toute personne qui aura l’occasion de voir ce chef d’œuvre tirera les leçons utiles qui fondent le vivre ensemble. Surfant sur le climat social qui prévaut au Burkina Faso, Martin Zongo a affirmé que le pays des hommes intègres a plus que besoin de ce genre de création pour recoudre son tissu social. Il faut noter que « Conter pour la Cohésion Sociale et la Paix » est programmé au Théatre Soleil jusqu’au 9 février prochain. Après cette date, elle sera jouée du 11 au 23 février à Zongo, Bassinko, Karpala, Saaba et à Bassemyam.

Sougrinoma Ismaël GANSORE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 × 29 =