Actualités Culture Entretien

COVID-19 : Augusta B. Palenfo invite la population au strict respect des consignes

Le Burkina Faso fait face à une pandémie mondiale qui fait beaucoup de victimes. Face à cette situation le Président du Faso, SEM Roch Marc Christian Kaboré a pris des décisions visant à réduire la propagation de la maladie. Prêtée aux questions de la rédaction infosculturedufaso.net, l’artiste comédienne Augusta B. Palenfo se prononce sur la maladie. Lisez plutôt.

Infosculturedufaso.net : quel est l’impact de cette maladie pour le monde de la culture dont vous êtes l’un des fidèles acteurs ?
Augusta B. Palenfo : Je dirais que ce n’est pas que le monde de la culture qui va en pâtir parce que c’est une pandémie qui va porter un coup dur à l’économie mondiale y compris celle du Burkina Faso. L’impact socioéconomique sera énorme eu égard à l’évolution de la pandémie. Même si le gouvernement n’avait suspendu les activités, personne ne pourra organiser quelque chose avec tout ce qui se passe. Tout le monde a peur de se faire contaminer par la maladie même s’il y a encore des brebis galeuses qui n’en croient toujours pas à la pandémie. L’impact sera grand parce que rien ne va dans le pays, c’est comme si le pays est aux arrêts, toute l’économie est à son plus bas niveau. C’est vrai qu’il y a certain qui profite de la situation pour se faire de l’argent mais je le répète, l’économie a vraiment chuté donc je ne parlerais pas de la culture seulement mais de tous les domaines d’activités de notre pays.

Infosculturedufaso.net : Quelles sont les conséquences de cette maladie sur le FIRHO ?
Augusta B. Palenfo : C’est comme, je vous le disais tant tôt quand tout est aux arrêts dans un pays, les activités économiques sont suspendues et on ne parle plus de festival. Tout le monde a le regard sur la pandémie et il faut d’abord vaincre cette maladie qui est en train de faire des victimes. En ce moment, on ne parle plus du coup du FIRHO mais on voit plutôt le mal que fait ce virus. Je ne suis d’ailleurs pas la seule promotrice qui est dans cet état, plusieurs promoteurs et promotrices sont touchés par cette situation dont l’origine est exogène. Face à cette pandémie, il y a un manque à gagner pour chacun de nous, mais le plus important reste pour l’heure la bataille collective contre le COVID-19.

Infosculturedufaso.net : Envisagez-vous une possible annulation de la présente édition ?
Augusta B. Palenfo : On ne sait pas d’abord, tout dépendra de l’évolution de la situation sanitaire dans notre pays Si la pandémie venait à disparaitre, ce qui est notre souhait le plus ardent, on verra la possibilité de l’organiser, auquel cas, l’édition de cette année sera annulée et on l’organisera en début de l’année 2021 par la grâce de Dieu.


Infosculturedufaso.net : Que pensez-vous des recommandations faites par le Président du Faso ?
Augusta B. Palenfo : Je dirais plutôt que cette décision a tardé à venir. Depuis la suspension de toutes les activités regroupant 50 personnes, il devrait s’en suivre la batterie de mesures qui vient d’être prise il y a quelques jours. Pendant qu’on a suspendu toute activité regroupant plus de 50 personnes, il y avait encore d’autres lieux où plus de 50 personnes fréquentaient. Voilà pourquoi j’ai dit que la décision est venue un peu tard. En effet, si on avait appliqué ces mesures dans tous les domaines et au début, je crois qu’on aurait pu minimiser le nombre de contaminés, la propagation de la maladie et les gens allaient aussi prendre la chose au sérieux. Il faut noter que ce n’est qu’hier que certaines personnes ont su réellement qu’il y a une maladie qui tue partout dans le monde qu’on appelle Coronavirus. Il y a plusieurs personnes qui ne croient toujours pas à la dangerosité de la maladie et ne suivent pas les informations au jour le jour. D’autres par contre, jusqu’à aujourd’hui ne savent pas qu’il y a la maladie à coronavirus dans le pays et n’arrivent pas à prononcer le nom de la maladie. Voilà pourquoi je dis que si on avait pris la décision plutôt, on ne serait peut-être pas à là où nous en sommes.


Infosculturedufaso.net : Quelle est votre contribution en tant qu’acteur culturel afin de contrer la propagation de cette grave maladie ?
Augusta B. Palenfo : il faut dire que depuis l’apparition de cette pandémie, j’avais entrepris des actions de sensibilisation envers mes proches. Aussi, en tant qu’ambassadrice au Bureau Burkinabè des Droits d’Auteurs (BBDA), on a conçu des photos de tous les ambassadeurs avec des messages de sensibilisation. Vous pouvez constater cela sur ma page facebook et sur mon profil WhatsApp et j’ai aussi partagé dans plusieurs groupes sur les réseaux sociaux. J’ai aussi fait des spots de 1mn30s dans cinq langues à savoir le mooré, le fulfuldé, le dioula, le français et le bissa avec des acteurs connus tels que Tiness, Imilo le chanceux, et bien d’autres artistes. On a fait seulement cinq spots dans des langues différentes parce que le coût de réalisation du spot est relativement élevé. Avec le soutien du ministère de la culture, ces spots seront diffusés à partir du lundi 23 mars 2020 sur les réseaux sociaux, dans certaines télévisions qui voudraient bien le faire. Hormis ces actions mentionnées plus haut, j’entreprends des actions individuelles. Par exemple, quand je croise des gens qui n’y croient pas, j’essaie de les expliquer et les invite à aller sur les réseaux sociaux pour voir et suivre aussi les informations à la télé. Aussi, depuis un certain temps, on est confiné à la maison, je ne reçois pas de visiteurs, c’est vrai que ce n’est pas simple mais on doit le faire. C’est juste pour un temps et j’invite l’ensemble du peuple burkinabè au strict respect des mesures prises par le gouvernement si on veut que cette pandémie quitte notre pays. Nul n’est épargné dans cette affaire, que tu sois vieux, jeune, homme, femme, petit, riche ou pauvre, tu n’es pas à l’abri de la maladie. Il faut qu’on s’y mette pour vaincre ensemble cette maladie. J’invite tous les burkinabè sans exception aucune, au stricte respect des consignes. Que chacun reste chez lui, ne recevez plus de visite et suivez les consignes d’hygiènes données par les agents de santé car ce sont des experts du domaine et ils savent ce qu’ils font. La maladie est réelle et elle fait beaucoup de victimes. Lavez-vous les mains au savon ou désinfectez-vous au gel hydro alcoolique, et en cas de soupçon appelez le 3535 pour se faire dépister.

Parfait Fabrice SAWADOGO

Interview réalisée par Wenmanegré. O

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 + 10 =