Covid 19 : Les acteurs de la mode s’adaptent clopin-clopant

 Covid 19 : Les acteurs de la mode s’adaptent clopin-clopant

Très occupés depuis le début de l’année à évacuer les commandes des clients qui débordent parfois, les hommes de la mode s’attendaient le moins à une période d’inactivité. Voilà que l’apparition de la pandémie au Burkina Faso depuis le 09 mars 2020 a entrainé un profond bouleversement des choses et ces derniers essaient tant bien que mal de faire avec cette crise sanitaire à l’échelle nationale et internationale. Notre équipe s’est rendu dans les ateliers de quelques-uns pour toucher du doigt les réalités qu’ils vivent en cette période.

Le secteur de la mode comme tous les autres vivent péniblement les mesures prises par le gouvernement burkinabé dans l’optique d’endiguer la pandémie du corna virus. Du manque de clients à la suspension des activités culturelles en passant par la fermeture des boutiques, les hommes et femmes de la culture expliquent ce qu’ils vivent.

Nous sommes au quartier 1200 logements dans l’atelier du styliste professionnel Bashirou Gampéné dit El Bach. Il explique les effets pervers de la crise sur son travail: “Habituellement, je suis très chargé au travail. Cependant, avec le confinement, j’ai dû octroyer un congé anticipé à certains de mes employés, car avant le Covid19 , on pouvait atteindre jusqu’à 60 commandes par semaine mais actuellement il n’y a plus de commandes”. Après El Bach, le micro est tendu à une autre dame du même domaine au quartier Dassasgho.

Félicité somda, puisque c’est d’elle qu’il s’agit est à la fois artiste musicienne et couturière. Elle est plus connue dans le milieu sous le sobriquet de Fely’S. Pour elle, cette situation a occasionné un chômage technique étant donné qu’elle ne mène plus de prestations musicales. À en croire Mme Somda Félicité « depuis le confinement, je n’ai plus de prestations musicales. À l’atelier, avant la crise on pouvait avoir des centaines de commandes par semaine, mais situation oblige, j’ai libéré mes employés car il y’ a moins de commandes aujourd’hui. Certains clients me disent ironiquement qu’ils vont s’habiller pour aller où?».


En dépit de ce temps mort, ces braves artistes font montre d’un sursaut patriotique et d’une grande resilience en misant leurs minables revenus dans des actions sociales pour combattre le corona virus. C’est le cas du styliste El Bach qui dit avoir confectionné et distribué des cache-nez à ses voisins. Quant à Fely S, elle se prépare pour faire un don des cache-nez aux personnes déminues de son quartier à Ouagadougou et dans sa ville d’origine, Bobo Dioulasso. Ils ont par ailleurs, tous deux, invité les burkinabè à plus de courage et de sérénité dans les mesures barrières afin de booster indéfiniment la pandémie du covid-19 hors des frontières.

Interview réalisé par Lucien Kienou (stagiaire)

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 × 29 =