CULTURE : deux œuvres de Jean Auguste Tapsoba dit Bouzous dévoilées à la presse

 CULTURE : deux œuvres de Jean Auguste Tapsoba dit Bouzous dévoilées à la presse

Le trésor vivant, célèbre bassiste de sa génération Jean Auguste Tapsoba dit Bouzous a convié la presse pour une cérémonie de dédicace de ses œuvres composées d’un album de six titres « le Best of Bouzous » et d’un livre qui a pour titre « Une vie exceptionnelle ». C’était le 28 décembre 2021 à son domicile à Ouagadougou.

Jean Auguste Tapsoba est né d’une famille de passionnés de musique dont le père fut le créateur du mythique orchestre l’Harmonie voltaïque à l’époque. Bercé dès sa tendre enfance dans ce climat musical, il était tout à fait normal que Jean Auguste Tapsoba s’insère aisément dans la musique. Grand maître d’orchestre dans les églises catholiques, Bouzous a fait les beaux jours des orchestres tels que ATIMBO, LES FINGERS en 1967 puis le DJINAHOUROUX en 1969 comme bassiste. Ainsi, avec trois autres camarades dont le regretté Moustapha Thiombiano, ils créent le groupe les Bouzous d’où il garde ce surnom. Le groupe rencontre d’énormes succès avec le DJINAHOUROUX constitué de plusieurs autres musiciens. Plutard, Moustapha Thiombiano ayant quitté le groupe et remplacé par le célèbre Georges Ouedraogo, Bozambos est maintenant le nom donné au groupe.

Celui-là même qui a formé plusieurs jeunes orchestres dont le Club Voltaïque du Disque (CVD), Bouzous a mis son premier album sur le marché du disque africain en 1987. Plus de 34 ans après, le Best of Bouzous (B of B) composé de 06 titres est présenté à la presse le 28 décembre 2021. Ayant connu la participation de plusieurs techniciens de la musique, nous y retrouvons des titres comme « Ma dulcinée » pour Bouzous ce n’est pas l’homme qui choisit la femme, c’est plutôt le contraire. « Pipi boudbo » qui invite les jeunes à aider les parents dans les champs dès l’année scolaire terminée. « Pluugu » « Ya wooto » c’est-à-dire qu’on te donne des conseils à gauche et à droite mais il préfère qu’on le laisse se rendre compte seul de ses erreurs. « Roopa » pour dire qu’à chacun ses problèmes.

Quant à son livre, Jean Auguste TAPSOBA y parle de sa vie sociale et professionnelle. Au-delà d’un livre ordinaire, « Une vie exceptionnelle » est une œuvre auto- biographique. “J’ai voulu écrire ce livre pour la postérité, que les musiciens sachent ce qui s’est passé depuis les années 60”, a laissé entendre l’auteur. Avec des témoignages émouvants sur son parcours, plus qu’une traditionnelle cérémonie de dédicace, la presse a eu droit à un cours d’histoire avec ce trésor vivant, grand pionnier aujourd’hui vétéran de la musique burkinabè, pour paraphraser Ahmed Alex Lawal.

En rappel, le CD et le livre <<Une vie exceptionnelle>> de Jean Auguste Tapsoba dit Bouzous sont au prix de 5000 FCFA chacun. Nous terminons avec ce passe de Bouzous qui dit ceci: <<Un artiste ne connait pas de retraite excepté en cas de force majeure, comme le vin, il se bonifie avec le temps>>.

Josette KIEMA (stagiaire)

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 5 =