lun 4 mars 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

CULTURE : Le Burkina renforce la capacité des acteurs privés et publiques, à travers les UNIVERSITICC.

Les acteurs  culturels sont depuis 07 août 2018 à Bobo-Dioulasso pour la 5e édition des Universités des Industries Culturelles et Créatives

Le secteur des Industries Culturelles et Créatives demeure balbutiant puisqu’il rencontre des difficultés à plusieurs niveaux. Selon le diagnostic de la stratégie nationale de développement des industries créatives, l’une des principales causes de cette situation, qui n’honneur pas  le pays lui-même, est la faiblesse qualitative et quantitative des ressources humaines caractérisés par « la prépondérante d’opérateurs amateurs n’ayant pas de bagages managérial et technique solides faute de formation ». Le contact est que depuis longtemps le secteur de la culture et ses hommes peinent à s’imposer même si le pays est reconnu pour sa riche patrimoine culturelle diversifiée. En vue de remettre ce secteur et ses acteurs sur le chemin du développement durable, le gouvernement burkinabè a institué depuis 2014, les Universités des Industries Culturelles et Créatives (UNIVERSITICC). Il est question d’un cadre de renforcement de capacité des acteurs privés et publiques de la culture.

En effet, à chaque rendez-vous, depuis son institution, différents modules de formation bien choisis sont développés à l’endroit des participants. L’objectif général est de disposer d’un capital humain qualifié et suffisant dans les différents compartiments de production culturelle. Évidemment, cela permet  de lancer des bases solides d’Industries Culturelles et Créatives plus dynamique et compétitives. Depuis le 07 août, les acteurs culturels se sont retrouvés à Bobo-Dioulasso pour la 5e édition de cet événement éducatif sous la présidence du Ministre de tutelle. Remarquons que les actions des quatre éditions passées ont permis à plusieurs jeunes de se former  en entrepreneuriat culturel. Au total 360 acteurs culturels et hommes de presse télé, radio et presse en ligne ont bénéficié des UNIVERSITICC. Notamment des journalistes, entrepreneurs culturels, administrateurs etc.  Pour cette édition la priorité a été laissée aux acteurs de la mode. Les participants sont désignés par les présidents des faitières, les directeurs régionaux, les présidents des réseaux mis en place par le ministère et enfin  les hommes de la presse en ligne, radio et télé. Ce cadre favorise par ailleurs les échanges d’expériences  des différents apprenants provenant des quatre coins du pays.

Aujourd’hui, UNIVERSITICC permet concrètement de professionnaliser le milieu et de restructurer ce domaine.  Par exemple concernant UNIVERSITICC 2018, on a les deux points suivants :

 

 

 

– Formation en entrepreneuriat culturel à l’endroit des acteurs culturels (artistes plasticiens ; éditeurs et distributeurs de produits culturels;

– Techniques marketing et de vente en ligne de produits culturels à l’endroit des stylistes et créateurs de mode.

En clair, ceux-ci seront outillés en entrepreneuriat culturel tout en leur offrant la chance de mieux profiter des opportunités qu’offrent les technologies de l’information et de la communication.

À  l’issu de cet atelier, ils seront sans nul doute capables d’identifier des opportunités qu’offre ce secteur mais en plus savoir comment trouver le  financement. Toute chose qui leur permettra d’élaborer un plan d’affaires afin de pouvoir prendre part aux différents appels à projet. Cette initiative a un impact remarquable dans le processus de développement de la culture, des arts et du tourisme.

 

Fabrice Parfait SAWADOGO 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

ORODARA : le projet « Dougaleh » renforce les capacités de 25 acteurs de théâtre

Vingt et cinq (25) acteurs du monde théâtral issus...

MANÉGA: L’AJV œuvre pour la réhabilitation du Musée

Au cours d'un panel qu’elle a organisé en partenariat...

Cinéma d’animation: Pit production émerveille les tout-petits à « Bibi Parc »

Promouvoir le patrimoine culturel du Burkina Faso à travers...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page