ven 19 juillet 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Danse contemporaine: Esther Tarbangdo, l’amazone aux multiples casquettes

Dans le cadre de la valorisation et de la promotion des artistes burkinabè et ceux de la diaspora, nous avons reçu ce mardi 29 août 2023 dans nos locaux, l’artiste danseuse Esther Tarbangdo, également Directrice Artistique de la Compagnie Réflexion du Corps. Nos échanges ont essentiellement porté sur sa carrière, ses motivations et ses projets.

Artiste danseuse, interprète, chorégraphe et porteur du projet  « Parole de Cœur et du Corps », Esther Tarbangdo est une icône de la danse contemporaine. Issue d’une famille où il n’y a aucun artiste, son amour pour la danse est né à travers le hip-hop et le breakdance des jeunes garçons qu’elle admirait lors des arrosages, les shows, les kermesses et les fêtes de fin d’année. Poussée donc par l’amour de la danse, ses recherches l’ont alors conduites vers un danseur du nom de Solo Badolo avec qui elle a fait ses premiers pas dans cet art en 2007.

Crédit photo: Niels Gether

Son amour pour la danse et les difficultés rencontrés au cours de son apprentissage l’ont motivés à se lancer dans une carrière professionnelle. C’est en 2013 qu’elle fait ses preuves sur la scène professionnelle ; ce qui l’a conduit à l’international en 2014. Les difficultés, elle en a beaucoup croisées et elle nous le fait savoir en ces termes « c’était difficile car j’avais l’impression que je partais nulle part avec la danse et je n’arrivais pas à maitriser mon corps. En plus, je n’avais pas un toit et j’avais l’impression qu’on ne m’acceptait pas dans la société. Souvent je partais aux répétitions le ventre vide ; c’était pas du tout facile. »

Malgré toutes ces difficultés rencontrées, la danseuse contemporaine n’a pas baissé les bras et aujourd’hui elle se dit satisfaite de sa carrière professionnelle. Pour elle, le métier de danseuse nourrit son homme mais il faut beaucoup de courage, de persévérance et la confiance en soi. Son objectif aujourd’hui est de pouvoir contribuer au changement de nos sociétés et aussi impacter positivement en tant que femme, le milieu artistique burkinabè.

Crédit photo: le photographe Niels Gether

Comme conseils aux jeunes filles qui aimeraient se lancer dans le domaine, Esther Tarbangdo, a laissé entendre « Ils faut avoir confiance en soi car seuls les plus forts avancent. Il n’y a pas un métier facile et il faut savoir faire de ses faiblesses une force pour pouvoir avancer malgré les difficultés. » Au nombre des ses projets, la danseuse ambitionne d’avoir son propre studio où elle pourra soutenir les jeunes filles tout en les aidant à s’intégrer dans la société à travers son projet Parole de Cœur et du Corps.

Crédit photo: le photographe Niels Gether

A la fin de notre entretien, Esther Tarbangdo n’a pas manqué de remercier tous ceux qui la soutiennent et l’accompagnent dans sa carrière.

Aissata TRAORE (stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

DÉDICACE : Sofiano avec maturité rebelote avec un 4e album

Sofiane Balzak Kanazoé, connu sous son nom de scène...

Danse Kalma : MC Stéphane sort une œuvre musicale chorégraphique

« La reconquête de Koumbli » est la nouvelle galette musicale...

Nécrologie : KINDISS, le « Roi du Binon » s’en est allé

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page