Actualités Cinéma Entretien Mode

De la mode en passant par le cinéma, Prince Ouédraogo nous fait un récapitulatif de sa carrière

Toujours dans notre dynamique de contribuer à la promotion des jeunes talents de notre milieu culturel, nous avons tenu à tendre notre micro à un homme dont les compétences ne sont plus à discuter. Du théâtre en passant par le cinéma et la mode, Prince Ouédraogo, puisque c’est de lui qu’il est question, ne cesse de faire son petit bonhomme de chemin. Avec lui, les échanges ont essentiellement porté sur sa jeune carrière.

Infos Culture du Faso (ICF): Pour commencer, pouvez-vous nous dire qui est Prince Ouédraogo ?

Prince Ouédraogo (PO): Je suis Moumouni Ouédraogo à l’état civil, plus connu sous le nom de Prince Ouédraogo, acteur de cinéma, top modèle, événementiel, formateur en jeu d’acteur et mannequinat. J’ai aussi une maison de recyclage de roues. Je transforme les pneus en table, et bien d’autres.

ICF: Qu’entendez-vous par mode concrètement ?

PO: Pour moi, la mode, c’est le côté vestimentaire; c’est le fait de bien s’habiller comme on aime le dire familièrement la sap. Les stylistes sont des acteurs de la mode.

ICF: Comment êtes-vous arrivé à la mode ?

PO: Bien avant, j’ai commencé par le théâtre en 1994, en passant par le mannequinat. Ensuite, je me suis lancé dans le cinéma en 2005 avec feu Missa Hebié. A ce propos, j’ai joué dans plus de 18 films, notamment dans “La cité de la passion” de Gnanou et roi Jérémy, “Les coris blanc de misa hebie, “Le Prix du sang” de Burkina wood tv, “Les graines” de Alima Ouedraogo, “La traversée” de Irène tassembedo, etc.

Par la suite, je suis arrivé dans la mode en 2014 avec Danfani fashion week qui a eu lieu en pleine rue sur l’avenue Kwamé N’krumah.

ICF: comment arrivez-vous à combiner mode et cinéma ?

PO: je m’organise; j’organise mon temps selon mon programme. J’ai un emploi du temps que je respecte rigoureusement et je fais de mon mieux pour être à la hauteur de ce qu’on me confie.

ICF: Avez-vous déjà exposé vos créations lors des festivals?

PO: Non, juste quelques interviews accordées à la presse dans mon atelier de recyclage des pneus. Je fais également des expositions sur ma page Facebook.

ICF: Avez-vous bénéficié de soutien tout au long de votre carrière ?

PO: Soutien, non pas vraiment j’ai pas reçu de soutien.

ICF: Quel conseil avez-vous à prodiguer à la génération montante qui veut vous ressembler ?

PO: Le premier mot que je vais prononcer c’est la passion ; il faut obligatoirement aimer ce que l’on fait pour pouvoir réussir dans son domaine. Quand on aime ce qu’on fait, avec un peu de courage ça va. Pour dire vrai, le courage est aussi indispensable. En résumé, avoir la passion, le courage et ne jamais abandonner, conduit toujours au succès.

ICF: Avez-vous rencontré des difficultés au cours de votre carrière ?

PO: Des difficultés non; de petits soucis ne manquent pas mais je ne considère pas cela comme des difficultés.

ICF: Quel bilan faites-vous de votre jeune carrière ?

PO: Trop tôt pour parler de bilan. Seulement ce que je peux dire est que du début au théâtre, le mannequinat en passant par le cinéma, il faut se battre; il faut être positif et aimer le travail bien fait.

ICF: Nous sommes pratiquement à la fin de notre entretien, quel est votre mot de fin?

PO: Je tiens à remercier Infos Culture du Faso. Merci à monsieur Sawadogo Fabrice Parfait,  Directeur de publication Infos Culture du Faso et à tous ceux qui me soutiennent et qui vont me soutenir. La porte de Prince Ouedraogo est grandement ouverte à tous.

Micaëlle SAM (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =