Actualités Apprenons le droit d'auteur BBDA

DROITS DE REPRODUCTION PAR REPROGRAPHIE: Le BBDA face aux patrons de la presse écrite

Le Bureau Burkinabè du Droit d’Auteur (BBDA) était face aux journalistes et patrons de la presse écrite ce mardi 14 juillet à Ouagadougou. Cette rencontre rentre dans le cadre de la mise en œuvre des droits de reproduction par reprographie au profit des auteurs et éditeurs de la presse écrite.

 

le Directeur général du BBDA, Wahabou BARA ( au milieu)

A sa prise de parole dès le début de la rencontre, le Directeur général du BBDA, Wahabou BARA s’est exprimé en ces termes (Cette rencontre est une suite logique de celle que nous avons initiée le 29 novembre dernier avec les différentes faîtières de la presse sur la mise en œuvre des droits de reproduction par reprographie. Le paiement de ces droits étant fixé en fin août prochain, force est de constater que l’engouement d’adhésion au BBDA reste faible. Il s’agit donc ce matin d’échanger sur le bien-fondé d’être membre pour susciter l’adhésion, et aussi de l’actualité de la structure garante du droit d’auteur burkinabè), a-t-il expliqué.

 

madame Chantal FORGO, Directrice des affaires juridiques et de la coopération internationale

Et à en croire à madame Chantal FORGO, Directrice des affaires juridiques et de la coopération internationale, les concernés de ces droits par reprographie sont les auteurs originaires de textes, les adaptateurs, les traducteurs, les auteurs d’images, les auteurs de partitions musicales, les éditeurs. Aussi a-t-elle indiqué que les œuvres qui rentrent en droite ligne avec ces droits sont les œuvres littéraires et dramatiques, les journaux, magazines et périodiques, les ouvrages scientifiques publiés dans les livres, journaux, fiches et brochures, les œuvres de beaux arts, les photographies, les ouvrages de vulgarisation, etc. Cependant elle a tenu à préciser que cette première édition ne prend pas en compte la presse en ligne, avant d’ajouter que les télés et radio ne sont pas concernées par les droits de reprographie.

seule l’adhésion permettrait d’accéder à ses droits. Par ailleurs, la directrice de la documentation générale, madame Delphine SOME

Cependant, seule l’adhésion permettrait d’accéder à ses droits. Par ailleurs, la directrice de la documentation générale, madame Delphine SOME, a situé ces conditions sur deux volets, à savoir celles des éditeurs qui doivent justifier d’une immatriculation au registre de commerce, un contrat d’édition d’au moins une œuvre littéraire. En ce qui concerne celles des auteurs, ils doivent être auteurs d’ouvrage publié, d’un journal, d’un magazine, etc. A cet effet, la demande d’adhésion doit comporter, une copie légalisée du document d’identité, et deux photos pour les personnes personnes physiques. Quant aux personnes morales, ils doivent se munir d’une copie légalisée du document d’identité, de deux photos et une copie de l’acte désignation du représentant de la structure. Le tout accompagné de 7500 frs CFA pour les auteurs et 10500 frs pour les éditeurs.

le PCA du BBDA, Idrissa Zorom

Occasion a été saisie également par le PCA du BBDA, Idrissa Zorom d’indiquer que le Fond exceptionnel de solidarité a permis de venir en aide à plus de 2630 membres suivants des conditions d’éligibilité, soit la somme de 30 000 frs par personne. Au total cette opération a coûté plus de 79 millions 579 milles frs CFA. (Contrairement à la déclaration de la SYNAMUB, tout a été transparent. Et nous ne doutons pas un instant de la légitimité de notre DG), a-t-il insisté. Aussi, la question de la relecture des textes en cours a également fait objet d’information à cette rencontre. Pour le PCA, l’objectif de cette relecture est de parvenir à des textes en phase avec le contexte et les aspirations des membres.

Fabrice Parfait SAWADOGO
Boukari OUÉDRAOGO (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
56 ⁄ 28 =