Édition 2 de « Ma ville en peinture »: Tampouy au cœur de l’art plastique

 Édition 2 de « Ma ville en peinture »: Tampouy au cœur de l’art plastique

Encore une fois, le projet artistique « Ma ville en peinture » était à l’honneur ce samedi 15 octobre 2022. C’était du côté du rond-point de la jeunesse de Tampouy à Ouagadougou, à l’occasion du jour 5 de l’évènement.

Tout comme les autres sites de la ville de Ouagadougou, le rond-point de la jeunesse de Tampouy n’a pas dérogé à la règle à savoir celle de servir de tremplin aux professionnels et amateurs de la peinture, dans le cadre de la 2e édition de « Ma ville en peinture ». Ainsi, les uns et les autres ont pris le plaisir à se déporter sur le lieu indiqué, certains pour faire montre et d’autres pour simplement visiter les différents tableaux réalisés. La crise socio-sécuritaire, l’impérialisme, l’enjeu des religions importées en passant par les faits de sociétés, telles ont été les thématiques autour desquelles les tableaux du jour ont été réalisés.

Pour l’artiste-peintre Sibiri Mané, « Ma ville en peinture » est un véritable cadre de rencontre entre les professionnels de la peinture, mais aussi un moment fort permettant aux populations de toucher de plus près à cet art dit parfois réservé à l’élite. De son avis, il était important pour lui de venir soutenir l’initiative. “Le tableau que j’ai réalisé est baptisé « La brillance de la lune ». C’est en quelque sorte un paysage à claire de lune que j’ai représenté. Il est aussi en lien avec la situation difficile actuelle que traverse le Burkina Faso. Il exprime l’espoir dans nos différents combats. À travers donc ce tableau, je souhaite que la lumière jaillisse sur le pays”, a-t-il confié.

L’artiste-peintre, Abdoul Aziz Pengdwendé S. Salambéré, embûche la même trompette. Pour lui, l’initiative d’Adjaratou Ouédraogo est fort bien appréciable. Du reste, avec ses collaborateurs, ils ont réalisé un tableau qu’ils ont baptisé « valeurs perdues ». “En Afrique, nos valeurs authentiques sont en cours de disparition et cela s’explique par l’oiseau qui s’envole, des enfants qui pleurent. C’est une manière pour nous également de lancer un message aux africains afin de conserver leurs valeurs culturelles intrinsèques”, foi de monsieur Sarambéré. Et à l’artiste-musicien Serge Gédéon Ouédraogo d’ajouter en ces termes. “J’ai vu les images de « Ma ville en peinture » sur les réseaux sociaux. Et de passage, j’ai constaté les mêmes images. C’est ce qui justifie ma présence ici. J’avoue que, bien que je n’ai pas vu tous les tableaux, je suis content de l’exposition”.

À noter également la visite du site par plusieurs autres artistes chanteurs et humoristes, notamment Dr Abdallah, Djo le Rapide, et bien d’autres.En rappel, cette 2e édition de « Ma ville en peinture » referme ses portes ce dimanche 16 octobre 2022, au palais de la jeunesse et de la culture Jean Pierre Guingané.

Modou Krokadhé TRAORÉ (stagiaire)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
8 + 20 =