Actualités Culture Musique

Édition 2021 des REMA: les hostilités officiellement lancées

4e du genre, les Rencontres musicales africaines (REMA) ont officiellement été lancées ce jeudi 14 octobre 2021 à Ouagadougou, sous la patronage de Madame la ministre en charge de la Culture des Arts et du Tourisme, Dr Élise Foniyama Ilboudo/Thiombiano.

Quatre ans déjà que les REMA servent de cadre de réflexion pour les professionnels de la culture africaine, sur les problématiques de la filière musique du continent. Et pour cette 4e édition de l’événement qui s’est ouvert dans la soirée de ce jeudi 14 octobre 2021 à Canal Olympia Ouaga 2000, les partis prenantes auront comme tâche d’échanger autour du thème majeur <<La copie privée : moteur pour la création musicale en Afrique>>. Ainsi des panels se tiendront sur cette thématique. A cela s’ajoute les showcases avec d’excellents artistes venus d’ici et de partout en Afrique.

Pour le directeur de l’événement, Alif Naaba, les REMA après quelques années de vie sont aujourd’hui un événement important sur le continent. “Je souhaite la bienvenue à l’ensemble de ces professionnels venus de partout dans le monde pour contribuer à la professionnalisation et à la structuration de la filière musique afin de faire d’elle un levier de développement. Et cette année, nous avons voulu mener une réflexion stratégique autour de l’économie de notre travail, plus précisément sur l’apport de la copie privée dans les revenues des créateurs que nous sommes. Il s’agit de mettre cette expérience burkinabè au profit d’autres pays de d’Afrique qui n’ont pas encore adopté la copie privée”, a-t-il précisé.

Toujours selon lui, les REMA cette année, c’est aussi la tenue d’un atelier de valorisation digitale du patrimoine musical traditionnel qui devrait déboucher sur des actions sur de longs termes. Et un rendez-vous pour discuter de musique ne pourrait à l’en croire, se dérouler sans qu’il y’ait du live. A ce propos, cette édition abritera 12 showcases et un concert de clôture durant les 72 h de l’événement.

Pour la patronne de la soirée, la ministre en charge de la culture, Dr Foniyama Élise Ilboudo/Thiombiano, le bien-fondé des REMA rejoint en grande partie les préoccupations de son ministère, en ce sens qu’il a mis au cœur de ces préoccupations le développement des Industries Culturelles et Créatives. De ses dires, 72 pays dans le monde dont 9 en Afrique ont adopté un système de rémunération pour copie privée. C’est une fierté pour notre pays de faire partie de ces pays. Et plus encore, de partager cette expérience avec nos pays frères de l’UEMOA.

Quant au parrain de la soirée, monsieur Harouna Kaboré, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, il a fait savoir que les REMA sont un moment de propositions de solutions, faisant de Ouagadougou un carrefour d’idées pour régler les problématiques liées à la musique. De ce fait, l’objetif donc de cette 4e édition qui est d’amener les autres pays à adopter la copie privée, mérite d’être salué. Et à entendre également le co-parrain, le ministre Bachir Ismaël Ouédraogo, ça sera toujours un bonheur d’accompagner Alif Naaba pour cette initiative qui se veut plus que salutaire dans le processus de développement de la culture burkinabè et africaine.

A noter que cette cérémonie a été également ponctuée de prestations qui auront marqué les invités. Ce sont notamment des artistes-chanteurs comme Greg le Burkimbila, Awa Melone, ATT et Awa Sissao qui ont émerveillé le public. Aussi, il a été question de remises d’attestations de reconnaissance à certains partenaires.

Des trophées d’honneur ont également été remis à l’artiste Awadi du Sénégal, à Jah Press pour les KUNDÉ et au festival AMANI du Congo, pour leur impact sur la filière musique sur l’ensemble du continent africain. En rappel, la cérémonie s’est déroulée en présence de l’ex ministre la culture, Abdoul Karim Sango, du représentant de l’ambassadeur de États-Unis, du Délégué général de l’Institut français et bien d’autres.

Boukari OUÉDRAOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 − 17 =