mar 28 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Education artistique: le bilan de la deuxième édition du CATSO satisfaisant

La grande finale de la deuxième édition du Concours artistique des talents scolaires de Ouagadougou (CATSO) s’est tenue ce dimanche 12 mai 2024 au Centre national des arts du spectacle et de l’audiovisuel (CENASA). C’est une initiative du ministère en charge de la Culture portée par le CENASA qui vise à développer les talents artistiques des élèves.

Abraham Abassagué : « Le milieu scolaire regorge de talents qui, malheureusement souvent mal encadrés, finissent de façon regrettable ».

« La contribution de l’éducation artistique dans la réussite scolaire », c’est sous ce thème que s’est tenue la grande finale du CATSO auquel ont pris part de établissements de la ville de Ouagadougou. Cette initiative vise à « mettre en lumière les talents des jeunes scolaires ». Du moins c’est ce que l’on peut retenir des propos de Abraham Abassagué, directeur général du Centre national des arts du spectacle et de l’audiovisuel (CENASA) car selon lui, « le milieu scolaire regorge de talents qui, malheureusement souvent mal encadrés, finissent de façon regrettables ».

À l’en croire, pour une deuxième édition, la satisfaction est déjà au rendez-vous au regard de l’engouement que l’activité suscite. « Nous avons, non seulement l’adhésion des responsables d’établissement, mais aussi des élèves eux-mêmes qui sortent nombreux », a-t-il noté. A ses dires, l’objectif à l’avenir est de faire du CATSO un cadre d’expression artistique national qui s’ouvre à tous les établissements du Burkina Faso.

Zounoté Prosper Dassouana : « Ce qui m’a motivé à parrainer cette édition, c’est que les élèves, ce sont des jeunes et étant jeune aussi, nous avons l’obligation de soutenir nos petits frères et nos petites sœurs qui se lèvent »

Zounoté Prosper Dassouana, PDG de Dass Service Immo, a été le parrain de la deuxième édition du CATSO. Il s’est montré satisfait du déroulement de l’activité et dit être engagé à l’accompagnement des jeunes. « Ce qui m’a motivé à parrainer cette édition, c’est que les élèves, ce sont des jeunes et étant jeune aussi, nous avons l’obligation de soutenir nos petits frères et nos petites sœurs qui se lèvent », a-t-il laissé entendre.

Les différents établissements qui ont pris part à cette compétition artistique ont rivalisés dans les différents genres suivants : orchestre, sketch, chanson, danse et slam. Au terme de cette compétition, l’Association musicale pour les enfants du monde (AMEM) vient en tête dans la catégorie orchestre avec une moyenne de 13,5/20, secondée par le lycée municipal Rimvougré. Dans la catégorie sketch, le lycée Philagora Remalia a battu le record avec une moyenne de 15/20, suivi du lycée municipal Rimvougré avec une moyenne de 13/20. Dans la catégorie chanson, Kalkoumdo Pascal s’en sort avec le premier prix avec une moyenne de 16/20, suivi de Boris Kaboré avec une moyenne de 13,5/20, tous du Juvénat Saint Camille.

Dans le genre danse, l’établissement Gabriel Taborin vient en premier avec une moyenne de 14,5/20, suivi du lycée Philagora Remalia avec une moyenne de 14,25/20. Enfin, dans la catégorie slam, Maïmounata Kinda du lycée Vénégré obtient la meilleure moyenne de 17,5/20, suivi de Oumou Kiéma, aussi du lycée Vénégré avec une moyenne de 16/20.

Maïmounata Kinda: « La compétition était de taille et les candidats étaient talentueux. C’était vraiment une chance »

A la fin de la compétition, Maïmounata Kinda, lauréate de la catégorie slam a exprimé la « joie immense » qui l’animait pour la circonstance. Car, a-t-elle dit, « la compétition était de taille et les candidats étaient talentueux. C’était vraiment une chance ». Elle considère son prix comme un premier pas qui lui permettra de se « lancer à fond dans le slam et de gagner à d’autres compétition ».

Amsetou Tougma: « On est vraiment contente parce qu’on n’y croyait pas »

C’était la même expression de joie chez Amsetou Tougma, représentante de l’AMEM, lauréate de la catégorie orchestre. « On est vraiment contente parce qu’on n’y croyait pas », s’est-elle réjouie. « Les autres équipes ont été également de taille. C’est notre première fois de participer et nous avons eu le prix. Vraiment on est contentes », a-t-elle ajouté.

Barnabé NAMOUNTOUGO (Collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Nahouri : festival des Retrouvailles du Nahouri, act 1 prévu à Pô

La première édition du festival des Retrouvailles du Nahouri...

Burkina/Solidarité : Des artistes et acteurs culturels natifs de mai font parler leur cœur

Le camp militaire général Sangoulé Lamizana a accueilli ce...

Education artistique: Graines d’espoir 2024 referme les portes

C’est par une cérémonie de restitution, que le projet...

FEMUZO 2024 : C’est parti pour l’acte 7

Le Festival de musique de Zogona (FEMUZO) a ouvert...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page