ENTRETIEN: gros plan sur Constantin WRITTER, jeune écrivain burkinabè

 ENTRETIEN: gros plan sur Constantin WRITTER, jeune écrivain burkinabè

L’avenir de la littérature burkinabè paraît tout tracé. En effet, le constat est qu’ils sont de plus en plus nombreux, ces jeunes passionnés qui s’intéressent à l’écriture ces dernières années. C’est le cas de Constant GUIRÉ, plus connu sous son nom de plume Constantin WRITTER. Il est d’ailleurs auteur de deux œuvres dont « La route du non retour » et le recueil de poèmes « Une goutte de poèmes ». Dans une interview qu’il a bien accepté de nous accorder, ce jeune passionné revient sur sa jeune carrière d’écrivain.

Natif de la commune de Ouagadougou, Constantin WRITTER est un jeune écrivain qui est résolument décidé à inscrire son nom dans le livre d’or de la littérature au Burkina Faso. En effet, le jeune Constantin fait ses premiers pas à l’école primaire Wend-zoodo avant de continuer plus tard ses années de lycée au Complexe Scolaire “Le Bon Berger”. Aujourd’hui, il est étudiant en Master 2 en Droit des Affaires et Fiscalité. Cependant, sa passion pour la littérature lui vient de son géniteur. “Pendant les vacances, mon père me laissait au niveau de la bibliothèque de l’Institut Français de Ouagadougou quand il partait au boulot ; et revenait me chercher à son retour. C’est là qu’est née ma passion pour la lecture”, a-t-il laissé entendre.

Cet attachement à la lecture éveille en lui la passion de l’écriture. Ainsi, il commence son projet d’écriture en classe de 4e. Son rêve devient réalité quand il voit son dossier admis au concours Tableaux d’Honneur (TH). À travers ce privilège que lui offre l’agence Pixxelis (devenue aujourd’hui Burkina Impulsion), l’un de ses choix de personnalité à référence se porte sur l’écrivain burkinabè, Nazi KABORÉ. Grâce à l’aide de ce dernier et de son père Germain GUIRÉ, WRITTER met sur le marché littéraire, son tout premier roman en 2018, intitulé « La route du non retour ».

La même année, il vend plus de 300 exemplaires au Burkina Faso, dans d’autres pays en Afrique mais aussi en Suisse. “Le projet, au départ, était une édition de l’œuvre en Suisse par les Éditions Jouvence. Mais elle ne correspondait pas à la ligne éditoriale de cette maison d’édition. Cela était dû en réalité, à la cause, la fin tragique de l’histoire. J’ai finalement opté de réécrire l’œuvre sous une fin heureuse pour une publication aux Éditions ECOVIE, conformément aux indications de mon mentor. C’est d’ailleurs ECOVIE qui a financé l’entièreté de l’édition de cette œuvre “, nous a-t-il confié.

Sa deuxième œuvre, le recueil de poèmes « Une goutte de poèmes », sortie en 2021, est le fruit du fonds Covid-19 octroyé par le Ministère de la Culture des Arts et du Tourisme (MCAT). Par ailleurs, « La route du non retour » lui a valu le prix « Plume d’or » du plus jeune écrivain. Cela dit, Constantin Writter dit déplorer la disparition de cette compétition littéraire qui faisait la promotion des œuvres burkinabè.

Du reste, WRITTER s’inspire des faits sociaux pour sensibiliser à travers ses œuvres. On y retrouve donc des thématiques comme l’émigration, l’amour, le temps, la pauvreté,…

Pour le rayonnement du secteur du livre, WRITTER souhaite plus d’appels à projets de l’écriture de la part de l’État. “Bien vrai que l’État fait quelque chose pour le secteur du livre mais cela reste insuffisant. Il serait judicieux d’injecter plus de financements. Nous avons une jeunesse sur qui on peut compter pour le rayonnement de ce milieu. Raison de plus pour l’État de donner plus de chance à la jeunesse dans les compétitions littéraires. Chose qui lui permettra de s’exprimer”, a-t-il ajouté.

Les œuvres de Constantin Writter sont accessibles aux Éditions ECOVIE et dans toutes les grandes librairies et bibliothèques du Burkina Faso. Le roman « La route du non retour » est au prix de 4.000 F CFA l’unité et le recueil de poèmes « Une goutte de poèmes » à 3.000 F CFA. À noter que ces œuvres seront à une diminution de 1.000 F CFA à l’Université Aube Nouvelle à Ouagadougou, à l’occasion du festival “Le Carrefour du livre de U-AUBEN”, le 29 octobre prochain.

Interview réalisée par Modou Krokadhé TRAORÉ (stagiaire)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
9 − 9 =