Actualités Entretien Musique

ENTRETIEN : Zoom sur PAA SEGD NAABA, un artiste rappeur burkinabè au talent prometteur

Du haut de son jeune âge, PAA SEGD NAABA a toujours été un véritable passionné de la musique, à travers les rythmes traditionnels qu’il écoutait depuis sa tendre enfance. Par la suite cette passion lui donne l’envie de faire consacrer sa vie à la musique. PAA SEGDE NAABA est aujourd’hui un jeune artiste rappeur très passionnée au talent prometteur. Le 08 Septembre dernier, tout le plaisir a été pour nous de le recevoir dans les locaux de notre rédaction. Les moments ayant marqué sa carrière et ses projets futurs, tels ont été les points clés de nos échanges. Lisez plutôt !

Infos Culture du Faso (ICF) : veuillez-vous présenter à nos lecteurs ?

PSN: mon nom à l’état civil, c’est Ouedraogo Abdoul Latif, mais je suis plus connu sous mon nom d’artiste PAA SEGDE NAABA. Je suis artiste rappeur, résident à Koudougou.

ICF: Pourquoi avoir choisi le nom PAA SEGDE NAABA comme nom d’artiste ?

PSN: J’ai choisi “PAA SEGDE NAABA” parce qu’en langue nationale, cela signifie défendre le mal.

ICF:Comment êtes-vous arrivé dans la musique?

PSN: “Je suis entré dans la musique aujourd’hui grâce aux chansons traditionnelles de certains icônes comme ZOUGNAZAGUEMDA, VILLY KOAMBA, ALIF NAABA que j’écoutais depuis l’enfance. Ces artistes m’ont donné l’envie d’aimer la musique par l’invocation des origines familiales, leurs traditions et coutumes. Et c’est comme ça que je suis entré dans la musique.

ICF: Quel est votre style musical ? et pourquoi vous avez choisi ce style musical ?

PSN: Mon style musical c’est le Rap. Et mon choix s’est porté sur ce style parce que c’est là où je me sens à l’aise.

ICF: Pourquoi vous avez choisi de faire la musique ?

PSN: Je dirais plutôt que c’est une passion. Mais ce qui m’a plus motivé, c’est qu’à traverse la musique, nous pouvons dénoncer certains faits de la société en vue d’un réel changement.

ICF: D’où tirez-vous votre inspiration ?

PSN: Je tire mon inspiration de mes tâches et du vécu quotidien. Comme pour exemple, lorsqu’il se passe un malentendu entre amis, je peux l’inspirer de cela. Juste dire cette inspiration peut venir surtout venir de la vie réelle.

IFC: Avez-vous des collaborations avec d’autres artistes ?

PSN: Pour l’instant non; mais je pense que cela fait partie de mes projets futurs.

ICF: Avez-vous un album sur le marché du disc où des singles?

PSN: Un album, non. Pour l’instant j’ai que des singles; j’ai deux singles dont ”koom” qui signifie l’eau en langue nationale Morée, le second, intitulé ”Yonre Yaamléogo” qui veut dire ce que la vie veux que tu sois, aussi en langue nationale morée.

ICF: Avez-vous pris part à des festivals ?

PSN: Au niveau national, j’ai eu la chance de prester dans des festivals et cérémonie à Koudougou, Dedougou, et Ouaga également. J’espère vraiment avoir une belle carrière qui me permettra de fouler beaucoup d’autres grands scènes aussi bien au plan national qu’à l’international.

ICF: Quelles sont les difficultées que vous rencontrez dans ce milieu ?

PSN: Les difficultés que je rencontre dans ce milieu en tant qu’artiste, sont surtout financières. Je crois que si les moyens s’y présentent, je pourrais mieux m’organiser, faire de belles réalisations de clips. Aussi, il y’a également le mépris de certains promoteurs où acteurs culturels qui nous ne nous encouragent pas. Et en tant que nouveau dans le domaine, cela ne nous aide.

ICF: Pouvez-vous citer quelques thèmes que vous évoquez dans vos œuvres ?

PSN: De façon générale, mes œuvres abordent des thèmes d’actualité, notamment le travail, la solidarité entre amis, la paix ainsi que le vivre-ensemble.

ICF: avez-vous des projets à court, moyen ou à long terme ?

PSN: Des projets à court terme, c’est la préparation du clip du single ”koom”; à moyen et long termes, je prévois des collaborations avec certains devanciers tels que YOUNG CED, et L’ÉLUE 111, sans oublier un nouveau single que je suis entrain de préparer actuellement.

ICF: Nous sommes pratiquement aux termes de notre entretien, quel est votre mot de fin ?

PSN: J’aimerais d’abord dire un grand merci à l’équipe de la rédaction d’Infos Culture du Faso, également merci à ceux qui me soutiennent depuis le début. Puis je profite de votre micro pour demander à ces personnes de bonne volonté qui désirent me soutenir de le faire car je suis dans le besoin.

André YAMEOGO (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 12 =