lun 4 mars 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Érection du panthéon du Faso : les forces vives de la nation réfléchissent sur la validation des référentiels

Madame la ministre en charge de la Culture, des Arts et du Tourisme, Dr Foniyama Élise Ilboudo/Thiombiano a ouvert ce 5 octobre 2021, l’atelier natonal d’appropriation et de validation des référentiels du panthéon du Faso. Prévue pour durer 48 heures, ces travaux réunissent les forces vives de la nation.

Le chef de l’État à l’occasion de son adresse à la nation du 11 décembre 2019, a pris l’engagement d’ériger un panthéon qui sera un haut symbole de l’État burkinabè, dédié aux artisans des œuvres pionnières fondatrices de la communauté, et aux acteurs des hauts faits constitutifs de la mémoire vive. C’est dans cette dynamique que la ministre Thiombiano a procédé à l’ouverture du présent atelier d’appropriation et de validation des référentiels y relatifs, ce 5 octobre 2021 à la salle des fêtes de la mairie de Ouagadougou. Et selon elle, il s’agit de mobiliser tous les acteurs en vue de requérir un consensus national autour de ce projet qualifié d’historique.

« L’idée, c’est de cristalliser à la fois, en ce lieu mémorable, une vocation historique, culturelle, éducative, pédagogique, spirituelle, politique et géostratégique international. Ce panthéon en gestation qui sera dédié à tous les êtres célèbres de notre pays qui ont connu une vie héroïque, et pour certains jusqu’au sacrifice suprême, fera partie du patrimoine national. Et l’étape de cet atelier est fondementale dans le processus d’érection de ce panthéon, en ce sens que nous auront au sortir des travaux, un rapport qui passera en conseil de ministres. Et si cela est validé, nous pourrons donc passer à l’étape suivante qui nécessite le choix du lieu, la date et la mobilisation de ressources financières pour son érection », foi de madame la ministre.

le Directeur général du patrimoine culturel, Moctar Sanfo, l’idée planait déjà après le coup d’État de 2015 d’ériger un panthéon pour les résistants.

Du vaste répertoire de tradition orale, le Burkina Faso regorge de figures mythiques et légendaires qui forcent un respect unamnime sur le plan national par leurs œuvres et qui ont, de ce fait, acquis une renommée internationale. Pour le Directeur général du patrimoine culturel, Moctar Sanfo, l’idée planait déjà après le coup d’État de 2015 d’ériger un panthéon pour les résistants. Et de ses dires, c’est une immense satisfaction que le chef de l’État ait rendu possible cette idée. Ces 48 heures de rencontre et de réflexions constituent selon lui, une étape charnière du processus d’opérationnalisation du panthéon du Faso, important pour le patrimoine culturel.

Le représentant du maire de la ville de Ouagadougou, le 1er adjoint au maire, Moussa Belem, n’a pas manqué d’exprimer la joie du premier responsable de la mairie.

Présent à l’ouverture des travaux en tant que représentant du maire de la ville de Ouagadougou, le 1er adjoint au maire, Moussa Belem, n’a pas manqué d’exprimer la joie du premier responsable de la mairie ainsi que ses collaborateurs de recevoir cet atelier qui est une étape cruciale vers la réalisation d’un engagement présidentiel, celui de doter le Burkina d’un panthéon en reconnaissance des mérites de ses illustres fils et filles. A l’en croire, cela donne davantage l’inspiration pour renforcer les initiatives au niveau communal en lien avec la promotion des figures emblématiques qui ont marqué d’une pierre blanche leur existence sur terre. « Pour notre part, l’érection de ce panthéon reste un défi, car une génération qui ne reconnaît pas les sacrifices de ses devanciers ne peut aucunement prospérer », a-t-il conclu.

A noter la présence à cette cérémonie, des Trésors Humains vivants (THV), Maitre Pacéré Tintinga, Konomba Traoré et bien d’autres participants.

Boukari OUÉDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Art de la scène: Le projet « L’art ré-création-la nouvelle dynamique des arts de la rue » sonne le glas

C’est l’espace culturel « Napam Béogo » qui a accueilli la...

CINÉMA : « Taafé Vision » présente le fruit du travail du projet « Elles se réalisent »

L’Association "Taafé Vision" a dévoilé une série de films...

ORODARA : le projet « Dougaleh » renforce les capacités de 25 acteurs de théâtre

Vingt et cinq (25) acteurs du monde théâtral issus...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page