Évaluation des projets du 1er appel à projets/PAIC-GC: l’association Tew Maalou de Gaoua reçoit le FDCT

 Évaluation des projets du 1er appel à projets/PAIC-GC: l’association Tew Maalou de Gaoua reçoit le FDCT

Après la région du Centre, c’est au tour des autres régions de recevoir la mission de suivi d’exécution des projets du 1er appel à projets du Fonds de Développement Culturel et Touristique (FDCT) et de l’Union Européenne, dans le cadre du Programme d’Appui aux Industries Créatives et à la Gouvernance de la Culture (PAIC-GC). Le top départ a été donné ce 26 octobre 2022, dans plusieurs localités dont la ville de Gaoua.

Passer en revue les 74 projets financés à la suite du lancement du 1er appel à projets du FDCT et de l’Union Européenne dans le cadre du PAIC-GC, c’est là tout l’enjeu de la mission de suivi d’exécution des projets, qui a démarré le jeudi dernier à Ouagadougou. Après avoir donc bouclé avec les projets de la région du Centre, les équipes du FDCT ont mis le cap sur ceux des villes de l’intérieur du pays, ce 26 octobre 2022. Pour cette première journée d’évaluation de ces projets, c’est l’équipe conduite par Issa Barry et monsieur Konaté qui a effectué le déplacement du côté de Gaoua, dans le Sud-Ouest.

Ainsi donc, un seul projet était à l’ordre du jour pour cette équipe technique du FDCT. Il s’agit du projet intitulé « Formation et suivi des jeunes filles mères déscolarisées et femmes sans emploi en technique de tissage et teinture de pagnes traditionnels » de l’association Tew Maalou. Ce projet qui a reçu un financement d’environ 9 millions de F CFA, a consisté à former comme l’indique l’intitulé, 42 filles mères déscolarisées et femmes sans emploi en technique de tissage mais aussi en teinture de pagnes traditionnels. Sur la durée prévue du projet, les bénéficiaires ont pu tisser près de 1111 pagnes traditionnels.

Madame Youl née Meda Judith, présidente de l’association Tew Maalou de Gaoua

“L’association Tew Maalou est une association à but non lucratif qui œuvre dans la formation professionnelle des jeunes filles mères non scolarisées et déscolarisées, dans le domaine du tissage, de la teinture, et de la transformation pour leur réinsertion et autonomisation financière. C’est cette dynamique qui nous a motivé à postuler au premier appel à projets. Nous avons commencé la mise en place en octobre 2021. À ce jour, le projet a été physiquement réalisé. Mais les difficultés que nous avons rencontrées se situent surtout au niveau de la comptabilité. Au départ, nous n’avons pas compris leur manière de décaisser l’argent car la procédure nous a un peu échappée. Et actuellement, nous avons des difficultés à résoudre cela”, a reconnu Madame Youl née Meda Judith, présidente de l’association.

De la gauche vers la droite (monsieur Barry et monsieur Konaté), membres de l’équipe technique du FDCT

Du reste, elle se réjouit de l’apport du FDCT aux objectifs que s’est fixé son association. De son avis, ce financement leur a permis d’acquérir des formations que ne leur étaient pas facilement accessibles. La formation en teinture par exemple est très coûteuse, mais grâce au Fonds, nous nous en sortons bien. C’est l’occasion pour nous de remercier le FDCT et son partenaire l’Union Européenne. Pour les deux experts du FDCT, le projet a été physiquement réalisé à 100%. Néanmoins, ont-ils relevé des soucis liés à la comptabilité, donc à l’exécution budgétaire du projet.

 

Boukari OUÉDRAOGO

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 × 22 =