mer 29 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Extrémisme violent : le projet de sensibilisation «DIGIT’ RADIKAL’ ART» lancé

Fruit de l’association Slamazone, la campagne de sensibilisation digitale contre l’extrémisme violent et la radicalisation des jeunes «DIGIT’ RADIKAL’ ART» a été officiellement lancée. C’était ce 28 décembre 2022 à Ouagadougou.

La crise sécuritaire que connaît le Burkina Faso ces dernières années mérite une réplique venant de l’État et surtout des actions initiées par les populations en vue de recouvrer la paix et la cohésion sociale. Et l’artiste par sa célébrité et son influence dans la société demeure dans cet environnement l’un des meilleurs acteurs de sensibilisation qui doit être mis à contribution à travers des moyens de communication modernes et à fort impact social. Le projet «DIGIT’ RADIKAL’ ART» répond donc à cette problématique. Lancé officiellement ce 28 décembre au sein du siège de la Fondation Slamazone, le présent projet se veut une initiative de l’association Slamazone qui consiste à mener une campagne de sensibilisation contre la radicalisation et l’extrémisme violent des jeunes.

« Il va donc se matérialiser par l’organisation d’une campagne de sensibilisation à l’échelle nationale via le digital animé par des acteurs culturels et personnes à fortes audiences et destinée aux jeunes Burkinabè. Il s’agit des artistes (acteurs de cinéma, humoristes, journalistes culturels …); des personnages publiques; des influenceurs web, autour d’une campagne de sensibilisation de masse des jeunes contre la montée de l’extrémisme violent et leur radicalisation par la mise en place d’une stratégie moderne de communication accessible à tous : le digital. L’idée est de toucher le maximum de jeunes partout dans le pays, ainsi que les populations à travers des outils de communication accessibles à tous; des canaux de communication de masse (les réseaux sociaux) », a laissé entendre Ibrahim Zerbo alias PDG, directeur du projet.

À noter que 75 visuels de sensibilisation et 50 capsules sont donc attendus d’ici la fin de l’exécution du projet, le 27 mars prochain. Et de l’avis du directeur du projet, une compétition de slam sur la radicalisation et l’extrémisme des jeunes sera organisée en fin février via WhatsApp. Les trois (3) meilleurs seront primés et le premier aura droit à un enregistrement et à un clip vidéo avec le coaching de Malika La Slamazone.

Des dires de Malika Ouattara, alias Malika la Slamazone, présidente de l’association Slamazone, «DIGIT’ RADIKAL’ ART» est un projet qui vient en appui à la réponse longtemps menée face à cette situation sécuritaire que traverse le Burkina Faso. C’est surtout selon elle, la pierre que son association apporte au processus de rétablissement de la paix et de la cohésion sociale d’antan. Il s’agit de son avis, d’une communication de masse qui s’exécutera sur une durée de trois (3) mois en utilisant le digital pour sensibiliser sur l’extrémisme violent et la radicalisation des jeunes.

La mise en place de ce projet a été possible grâce au soutien financier du Fonds de Développement Culturel et Touristique (FDCT) et de la Coopération Suisse. Pour le représentant du FDCT Issa Barry, l’intérêt d’une telle campagne est de mettre en avant le rôle des acteurs culturels dans la lutte contre l’extrémisme violent. Aussi, a-t-il poursuivi en ces termes : « L’échantillon des visuels et capsules (vidéos) que nous avons pu constater ici, nous satisfont au vu des objectifs recherchés. En fait, tous les messages qui y ont été prônés entrent dans la dynamique de la sensibilisation. On espère réellement que l’initiative apportera un plus dans ce sens ».

 

Boukari OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page