mar 25 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

FEMUZO 2024 : C’est parti pour l’acte 7

Le Festival de musique de Zogona (FEMUZO) a ouvert les portes de sa 7è édition ce jeudi 23 mai 2024 au Terrain Zamdoogo, sis au quartier de Zogona de Ouagadougou. C’est une initiative culturelle qui vise à promouvoir la musique burkinabè, la paix et la cohésion sociale au Burkina Faso.

Du 23 au 26 mai 2023, près d’une semaine, le quartier de Zogona et environnants vibreront au rythme de la 7è édition du Festival de musique de Zogona. Ils sont environ, une quarantaine d’artistes talentueux Burkinabè qui magnifieront encore « la musique de chez nous » durant ce grand rendez-vous culturel. Le coup d’envoi est donné par une cérémonie officielle d’ouverture qui est intervenue la soirée de ce 23 mai 2024 en présence des autorités coutumières et les autorités du ministère en charge de la culture. L’événement se veut un cadre de promotion du vivre ensemble et d’expression des talents des artistes musiciens burkinabè. Cette 7è édition est placée sous le thème : « Contribution de la musique au renforcement de la paix et de la cohésion sociale au Burkina Faso ».

Michel Saba : « avec la musique, on peut passer des messages très forts qui peuvent être bien reçus du public cible ».

Pour Michel Saba, chargé de mission au ministère de la culture, représentant du ministre en charge de la culture, ce thème choisi pour vivre cette édition s’accorde avec les préoccupations du gouvernement et tous ceux qui sont engagés dans la lutte contre le terrorisme. Selon lui, c’est un travail d’une grande importance en terme de sensibilisation, car, a-t-il dit, « avec la musique, on peut passer des messages très forts qui peuvent être bien reçus du public cible ». C’est d’ailleurs en cela qu’il a félicité les organisateurs de l’événement qui permettra « aux artistes burkinabè de communier avec leur public ». Nous formulons le vœu que les éditions à venir, puisse avoir plus de mobilisation des jeunes de Zogona et de toute la ville de Ouagadougou pour faire de ce rendez-vous un véritable moment de partage autour des valeurs qui fondent l’identité et l’unité de notre pays, a-t-il conclu.

Ousséni Gandéma : « avec le courage et la détermination que nous avons, on pourra, chaque fois, relever les grands défis »

Ousséni Gandéma, promoteur du FEMUZO, a également expliqué le choix du thème par le contexte sécuritaire particulier que traverse le pays. « Vu la situation du pays, il fallait qu’on trouve aussi un thème qui cadre avec ce contexte » a-t-il justifié. À en croire le promoteur, la 7è édition du FEMUZO a connu d’innovations majeures telles que la journée du 25 dédiée spécialement aux étudiants de Ouagadougou et une grande parade qui a réuni un « beau monde » à la maison des jeunes de Zogona dans la journée du 23. Cependant, M. GANDEMA a aussi relevé des difficultés dans l’organisation du rendez-vous culturel tel que l’insuffisance du partenariat qui s’explique en partie par le contexte sécuritaire du pays. Mais « avec le courage et la détermination que nous avons, on pourra, chaque fois, relever les grands défis », s’est-il convaincu.

Barthélémy Tenkodogo :« autour de la musique nous sommes capables de laisser tomber nos querelles et de fédérer nos forces pour communier ensemble ».

Pour sa part, Barthélémy Tenkodogo, représentant du Dr. Harouna Kaboré, parrain de l’événement, a félicité la tenue de cette 7è édition du FEMUZO, car pour lui, le FEMUZO est un véritable instrument de paix et de cohésion sociale. « Nous savons qu’autour de la musique, nos différences culturelles et nos mésententes disparaissent » a-t-il souligné avant d’ajouter « autour de la musique nous sommes capables de laisser tomber nos querelles et de fédérer nos forces pour communier ensemble ». Faisant les éloges de la musique, M. TENKODOGO a soutenu que la musique réunit les différentes communautés et les différents groupes, elle apaise les cœurs, adoucit les mœurs et apaise les tensions. « Il n’est plus à démontrer qu’il y a une corrélation entre la musique, la paix et la cohésion sociale » a-t-il conclu.

Barnabé NAMOUNTOUGOU (Collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

RAP Burkinabè : Francky FP entre en scène avec un album de 16 titres

« La destinée des As», c'est le tout premier...

Coupe Yanogo de Tanghin acte 2: Du football pour promouvoir le vivre ensemble

Le quartier Tanghin de la ville de Ouagadougou était...

Promotion culturelle: Les masques à l’honneur à travers une exposition permanente

Le musée national du Burkina a accueilli, ce vendredi...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page