FEMUZO ACTE 2 : « Ce n’est qu’à ce prix que nous pourrons booster la culture burkinabé… » dixit Monsieur Adiman Traoré, DPPIC.

 FEMUZO ACTE 2 : « Ce n’est qu’à ce prix que nous pourrons booster la culture burkinabé… » dixit Monsieur Adiman Traoré, DPPIC.

La date du 16 février restera à jamais graver dans la mémoire des mélomanes. Prévu du 15 au 17 février 2019, le 2è jour du Festival de musique de Zogona, FEMUZO, aura tenu son pari. Dans la soirée du 16 février sur l’avenue Babanguida, ce sont plus d’une vingtaine d’artistes qui ont émerveillé les festivaliers.

Une soirée aux couleurs de la musique du terroir qui a démontré combien la fibre musicale burkinabè, riche, regorge de talents. Askoy, Aloko, Eddy, Zistar, Roufesse, Bezou, Iron, Johnny Natural et bien d’autres artistes, sont entre autres les artistes qui ont animé la scène en la présence d’imminentes personnalités.

Monsieur Ardiman Traoré, DPPIC, Dirceteur de la promotion des industries culturelles et récréatives du Burkina Faso, venu assister au festival, a renouvellé son engagement au promoteur d’accompagner cette belle initiative qu’est le FEMUZO pour les éditions à venir. « Je demande aux artistes présents qui ont marqué de leur disponibilité ici ce soir de toujours continuer à soutenir le FEMUZO. Ce n’est qu’à ce prix que nous pourrons véritablement booster la culture burkinabé hors des frontières du pays » a conclu Monsieur Traoré en souhaitant bon vent à l’ensemble des festivaliers.

Le promoteur monsieur Ousséni Gandéma, PDG de l’Agence Bass Néré, a marqué sa satisfaction quant à la forte mobilisation de toutes les couches sociales autour de l’évènement. De ses mots, la promotion, la valorisation de la musique, de la culture burkinabé est l’objectif cardinal qui a suscité en lui la mise en place du FEMUZO. Sa Majesté le Naaba Tanga de Zogona d’invoquer les mânes des ancêtres pour un Burkina Faso de paix et d’entente au regard de la situation sécuritaire et d’inviter l’ensemble de la jeunesse à rester mobilisée autour du FEMUZO, vitrine de valorisation de la culture car dit-il « seule la culture d’une nation lui permet de s’identifier ».

C’est sous donc l’égide de sa Majesté le Naaba Tanga de Zogona, le parrainage de Madame Anne Marie Nystrom et Asta Maila comme marraine artistique que se tient cette 2è édition du Festival de musique de Zongona avec pour thème « Promotion de la musique burkinabè au plan national et international, quelle stratégie de communication ? » Le festival qui a ouvert ses portes le 15 février sous l’initiative de monsieur Ousséni Gandéma, PDG de l’agence BASS NERE, connaitra sa chute ce dimanche 17 février 2019 à la maison des jeunes du Zogona.

Issa KOLGA
Correspondant

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 + 22 =