ven 21 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

FESPACO 2019: « Je n’ai pas respecté les codes littéraires mais ce n’est pas mon problème » dixit Yacouba Traoré.

La dédicace du cinquième livre du journaliste écrivain Yacouba Traoré a eu lieu ce mardi 26 février 2019 au MICA. L’œuvre rend hommage à cette figure emblématique de la télévision et du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou Madame Alimata Salembéré.

Cette séance dédicace est placée sous le parrainage de Monsieur Remis Fulgence Dandjinou et c’est musicalement que le décor a été planté avec un poème dédie à Alimata Salembéré avant que Monsieur Dramane Konaté ne tarisse point d’hommage pour Alimata Salembéré à travers des accrhostiques, des poèmes en prose et la symbolique des chiffres, « Le biographe Yacouba Traoré a su trouver le timing idéal pour rendre hommage à la dame au foulard blanc, cette œuvre recouvre une dimension historique et esthétique ». Monsieur Remis Fulgence Dandjinou parrain de la cérémonie a tenu à féliciter l’auteur de l’ouvrage Yacouba Traoré avec qu’il entretient une relation particulière. «  J’ai lu l’ouvrage dans son entièreté ; je le félicite pour cet ouvrage et je souhaite que la sagesse puisse ouvrir ses portes à d’autres confrères ».

Yacouba Traoré : « Je vous remercie d’être venu, ce soir c’est l’un des moments les plus émouvants de ma carrière. Il y’a un an j’ai abordé Madame Salembéré pour lui demander si je peux écrire son portrait et elle me la accorder. Et avec le soutien d’Aline Salembéré qui m’a ouvert les archives de la famille, j’ai pu produire cet ouvrage. J’ai écrit une œuvre sur la première femme présidente du comité d’organisation du FESPACO, car on ne peut pas finir toutes les facettes de cette grande dame. Je n’ai pas respecté les codes littéraires mais ce n’est pas mon problème ».

C’est une biographie exaltante de la figure de proue pour la culture et le cinéma, notamment première amazone du FESPACO, une œuvre qui se divise en quatre grandes séquences, et suivant la rythmique d’un film avec des zooms, du traveling, des flash-back bref, c’est un ouvrage littéraire aux allures cinématographiques qui est servit au public. L’œuvre est disponible à partir de 5000 FCFA.

Zié Hamed Kader OUATTARA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Ouagadougou/Littérature : la première édition du SIFLO ouvrira ses portes du 17 au 20 avril

Le Salon International Féminin du Livre de Ouagadougou (SIFLO)...

Café littéraire: Moumouni Kantoutibe explique son œuvre « A qui la faute ? »

L’ouvrage intitulé « A qui la faute ? » a été présenté...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page