Festival Bougré Kombi Reem 2021: l’art au service des touts petits

 Festival Bougré Kombi Reem 2021: l’art au service des touts petits

24 heures après le début des activités, la toute première édition du festival Bougré kombi reem a été officiellement lancée ce mercredi 22 décembre 2021. C’était dans la localité de Bougré, située dans la commune de Zorgho.

Naaba Yemdé, chef de Bougré, parrain de l’édition du festival

<<L’art à l’école: l’avenir de la culture et de l’emploi des jeunes>>, c’est sous ce thème que se deroule les 72 heures de l’édition 2021 du festival Bougré kombi reem, du côté du village de Bougré (Zorgho). Et comme prévue, la cérémonie de lancement officiel est intervenu ce 22 décembre, soit un jour après l’ouverture des travaux. C’était en présence de nombreuses personnalités, notamment Sa Majesté Naaba Yemdé, chef du village de Bougré, le préfet de Zorgho, le maire de Zorgho, l’inspecteur de la circonscription d’éducation de base de Zorgho, et bien d’autres.

Le promoteur du festival, Irissa Nikiema, plus connu sous son nom d’artiste-humoriste, Sciatique (Gombo.com),

Et au delà du village de Bougré, c’est tous les villages environnants ainsi que la commune de Zorgho qui sont sortis célébrer ces moments de partage de joie, de culture et de cohésion sociale. Des dires du promoteur du festival, Irissa Nikiema, plus connu sous son nom d’artiste-humoriste, Syatik (Gombo.com), l’idée lui est venue il y’a de cela 15 ans, de faire quelque chose pour son village, Bougré. Et la tenue de ce festival ce jour vise à participer à la formation d’un jeune public, et pas seulement pour celui qui se trouve en ville, mais aussi celui laissé derrière au village.

En effet, plus de 45 enfants ont été initiés à l’art du cirque, du conte et du théâtre: la formation au conte a été assurée par Toudeba Bobelle, le théâtre par Wilfrid Ouédraogo, et le cirque assuré par le duo Erin Heather Stephens et Ouendlamita Armand. Pour reprendre les termes du promoteur, <<On dit que la plus belle femme ne peut donner que ce qu’elle a. Et nous en tant qu’artistes, ne pouvons donner que l’art>>. Le but selon lui, n’est pas forcément de leur faire devenir des artistes, mais plutôt de les forger à devenir des hommes de demain, des hommes capables également de s’exprimer en public sans aucune peur et fiers de leur culture. “J’ai choisi l’école en ce sens que c’est le lieu où on peut regrouper plus d’enfants, le lieu où la culture fait partie intégrante du cursus scolaire. On espère ajouter d’autres disciplines à la prochaine édition”, a-t-il fait savoir avant de réitérer ses remerciements à l’endroit de tous les partenaires pour leur accompagnement, en particulier la société de distribution d’eau ONEA.

Naaba Yemdé, chef de Bougré, parrain de l’édition du festival

Pour le parrain du festival, Sa Majesté Naaba Yemdé, chef du village de Bougré, c’est un honneur de voir un des fils du village revenir apporter sa contribution à l’épanouissement et à la formation de ses jeunes frères. Certains dit-il, ne reviennent dans leur village que lors d’événements malheureux. Pour cela, il dit être disponible pour toujours accompagner le promoteur ainsi que son idée aussi longtemps que possible. Aussi, a-t-il insisté sur le caractère festif et commémoratif de la culture du festival, foi de quoi, tout le village de Bougré et environnants lui sont entièrement reconnaissants.

Présent à cette cérémonie, l’inspecteur de la circonscription d’éducation de base de Zorgho, Raogo Jean-Claude Ouédraogo, a rappelé l’aspect symbolique de l’initiative de monsieur Nikiema

Présent à cette cérémonie, l’inspecteur de la circonscription d’éducation de base de Zorgho, Raogo Jean-Claude Ouédraogo, a rappelé l’aspect symbolique de l’initiative de monsieur Nikiema. A l’en croire, le fait de revenir initier quelque chose dans sa localité d’origine montre que le promoteur reste attaché à ses valeurs endogènes. Et il est plus que nécessaire aujourd’hui d’inculquer ces valeurs aux enfants, d’où l’importance des ateliers surtout celui du conte.

Notons qu’une parade et des prestations artistiques ont également marqué cette cérémonie. A l’image de Yennenga Circus (Circassiens), des artistes chanteurs comme Dabros, Boris Naam, Badou Belo, l’humoriste Balla le citoyen, et bien d’autres artistes locaux. Pour rappel, cette première édition referme ses portes ce jeudi 23 décembre 2021.

Boukari OUÉDRAOGO

Parfait SAWADOGO

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 − 19 =