Festival Récit Kpalimé : La maquilleuse professionnelle Françoise Sedego représente le Burkina Faso

 Festival Récit Kpalimé : La maquilleuse professionnelle Françoise Sedego représente le Burkina Faso

La maquilleuse professionnelle Françoise Sedego bien connu dans le monde du cinéma, allie professionnalisme et courtoisie. Et c’est d’ailleurs son professionnalisme qui lui a valu de nombreuses distinctions dans sa catégorie qui est le maquillage. Elle nous a entretenu par rapport à sa nomination au festival Récit Kpalimé et ses projets pour le futur.

Une fois de plus, elle vient d’être nominée au Festival Récit Kpalimé prévue se dérouler les 03 et 12 décembre 2021 au Togo. En effet, c’est un festival qui est dédié aux techniciens du cinéma, c’est-à-dire les chefs opérateurs de vue, les caméramans, les maquilleuses, les costumiers, les scripts, les monteurs, les décorateurs… « Je suis nominée dans la catégorie révélation africaine, et cette nomination hors du Burkina Faso représente beaucoup pour moi, car je ne connais pas les organisateurs. C’est après un sondage pendant le FESPACO qu’ils ont eu mon numéro, donc je suis très contente et fière de représenter le Burkina », Françoise Sedego.

Lors de ce festival, notre maquilleuse professionnelle doit animer un master class sur le thème : « l’importance du maquillage dans un film ». Pour elle, le maquillage apporte beaucoup au film. elle affirme que le maquillage peut aider à obtenir un prix. A ce jour, Françoise Sedego possède de nombreux trophées reçus au Burkina et à l’international. A la question de savoir ce que représente ses distinctions, elle répond en ces termes: « c’est un honneur pour moi. Je suis très fière d’obtenir ces trophées qui me poussent à aller de l’avant. Comme projet dans le futur, je compte donner des formations ici et dans d’autres pays d’Afrique, je compte aussi créer une marque de produits de maquillage cinéma ».

Elle est prête à faire de son mieux pour assurer la relève foi de quoi elle a fait savoir qu’elle ambitionne ouvrir une école de formation au profit des jeunes afin d’assurer la relève. Aussi, a-t-elle saisi l’occasion a pour remercier le journal Infos culture du Faso pour le travail qu’il abat pour la culture burkinabè, car pour elle, c’est grâce aux journalistes que beaucoup d’artistes arrivent à se faire connaitre. Elle réitère ses remerciements à toutes les personnes de bonne volonté qui la soutienne.

Mireille T. PODA ( stagiaire)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
28 − 12 =