Actualités Culture Société

Festival « Tiébélé Guigana » : coup d’essai, coup de maitre

« Notre culture, notre futur ». C’est sous ce thème que s’est tenue du 29 avril au 01 mai 2021, la première édition du festival « Tiébélé Guigana » à Tiébélé, commune rurale de la province du Nahouri. Plus de 5.000 festivaliers ont marqué leur présence à ce rendez-vous culturel.

Débuté dans la soirée du 29 avril, les rideaux du festival Tiébélé Guigana sont tombés le 01 mai 2021. La ville de Tiébélé a vibré durant 72 heures, au rythme de la manifestation culturelle et artistique. Ils sont plus de 5.000 festivaliers et festivalières venus des quatre coins de la province du Nahouri et d’ailleurs, qui ont pris part à ce rendez-vous culturel.

« Tiébélé Guigana » est une manifestation culturelle née de l’impérieuse nécessité de sauvegarder le patrimoine immatériel de Tiébélé et par ricochet de la province du Nahouri. Face à une perte exponentielle de certaines valeurs de l’ethnie kassena/nankana, face à la menace du modernisme sur certaines pratiques culturelles et traditionnelles de cette localité, le festival Tiébélé Guigana se veut un véritable rempart et un cadre par excellence de promotion et surtout de transmission des valeurs et pratiques culturelles. C’est du moins ce qu’a fait savoir Abraham Abassague, le directeur dudit festival.

Pour atteindre les objectifs fixés, des activités culturelles ont été menées durant ce festival. L’on note d’abord la prestation des artistes musiciens de la province. Sur un grand podium, les artistes traditionnels et modernes ont communié avec leurs fans et donné de l’éclat au festival. Ce fut l’occasion pour certains de découvrir certains instruments de musique traditionnelle et aussi de redécouvrir le « djongo » ou le « naguila ». En plus des prestations, une exposition d’objets d’art traditionnels a été faite au profit des nombreux festivaliers.

Les artistes de la province du Nahouri ont également bénéficié au cours de ce festival, d’une formation sur les droits d’auteurs. Cette formation, sanctionnée par des attestations a été dispensée par une équipe du Bureau burkinabé du droit d’auteurs (BBDA), conduite par son Directeur général, Wahabou Bara.

Il y a eu également une compétition de tir à l’arc et de lutte traditionnelle. Par ailleurs, quelques sommités de la culture kasséna ont eu droit à un vibrant hommage lors de ce festival. Pour le comité d’organisation, ces personnes ont, de façon désintéressée, milité pour le rayonnement de la culture. Il s’agit entre autres de « Maman Kayè », Dr Ludovic Kibora, etc.

C’est une panoplie d’activités en rapport avec la culture et la tradition qui ont été menées durant le festival. Une finale d’une compétition de football organisée en marge du festival a également eu lieu. Ce volet sportif a également mobilisé de milliers de jeunes de la province du Nahouri. Pour une première édition du festival « Tiébélé Guigana », il y a lieu de féliciter le comité d’organisation pour les efforts consentis au regard des difficultés rencontrées.

Kayadan Alain Gounabou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 × 19 =