Actualités Culture Musique

FESTIVAL “UN VENT DE LIBERTÉ” 2018: Le top départ donné mercredi à Laye, au centre de mineurs en conflit avec la loi.

Le top départ de la 9e édition du Festival “Un vent de liberté” a été donné à Laye, ce mercredi 07 novembre 2018 au niveau du CENTRE DE LAYE POUR MINEURS EN CONFLIT AVEC LA LOI. L’occasion sous une assistance medicale a été marquée par un petit déjeuner, une visite guidée en présence des premier responsable et du représentant du maire de la commune rurale de Laye, des échanges- conseils entre les artistes et les jeunes détenus, repas communautaire et une ambiance musiclae des grands jours.

Le lancement de cette édition 2018 du Festival “un vent de liberté” à Laye dans la journée de ce mercredi a connu la participation de plusieurs artistes. Notamment Grand Docteur, Timp Saloul, Bethéo Bérenger, Derra, Bol Filas, Maréchal Ben Carlos, , Inesta, Saly ZZ et Freeman Tapily par ailleurs promoteur du Festival. Le Directeur du CENTRE DE LAYE POUR MINEURS EN CONFLIT AVEC LA LOI, Issa Traoré et son équipe dont madame PALM salut cette initiative de AFRICAN CULTURE qui vient contribuer à conduire effectivement les enfants vers le ” bon changement” tant souhaité.


En clair, cette manifestation, depuis sa création, tout en comptant sur le soutien et le bénévolat de tout le peuple, fait de l’épanouissement et du réinsertion des détenus, son cheval de bataille. Pour ce rendez-vous, les jeunes mineurs de Laye ont passé de “très bon moments avec leurs frères et sœurs” autour de diverses activités: Petit déjeuner, visite guidée , Assistance médicale, entretien éducatif, repas communautaire, prestations d’artistes et dons de sacs et serviettes hygiénique pouvant permettre aux filles du centre d’être a l’abri du besoin pendant plus d’un an. En plus, une animation musicale est venue terminer la fête en beauté entre les visiteurs du jour, les responsables du centre et les pensionnaires.


” Je ne suis pas riche en argent mais en valeurs humaines… “, confit la ” grande sœur ” Z Z, Conceptrice de “Zéro à Héros”, qui “promet” d’ailleurs y revenir ultérieurement ” faire des dons en titre de vêtements. Au cours de l’événement, les organisateurs ont scindé les artistes en trois groupes. Le groupe de “Gam Gam y’a san” de l’artiste engagé Petit Docteur, celui de “Zéro à héros” de Saly ZZ et le troisième groupe piloté par OUEDRAOGO Amadé. Place aux échanges ouverts à baton rompu entres artistes et pensionnaires. L’occasion de partager durant une heure avec les petits, des expériences et autres astuces pouvant les galvaniser et leur dire qu’il n’est pas tard pour eux. C’est vraie que pour certains, ils ont commis par le passé des actes contraires à la loi les ayant entraîné dans “cette prison”, mais ils doivent maintenant se ressaisir et changer.
Surtout que ce centre, en plus de la prise en charge alimentaire et éducative, leur offre la possibilité d’apprendre des métiers comme la couture, la menuiserie et l’électricité…

Le porte parole des enfants, Sawadogo Yacouba, originaire d’Orodara, a livé un discours plein de sens et d’émotion au cours de la cérémonie:
“Vous nous avez prouvé que, malgré le fait que nous sommes en conflit avec loi, vous avez la considération pour nous. Pour cela, nous sommes très reconnaissant envers vous. Et, on souhaite que de telle initiative se perpétue les années à venir. Avec eux les grands frères et sœurs nous reçu beaucoup de leçon et morale. Ce que nous avons retenu, c’ est que nous devons nous armer de courage et bien travailler pour le bon comportement afin de mieux persévérer dans la vie….À la fin de la fête viendra le moment de la séparation. Nous seront tristes mais un seul mot nous consolera: au revoir et non adieu… “, dit-il.

 

Les artistes venus témoigner leur solidarité, amour, affection et soutien à l’égard de ceux-ci n’ont ménagé aucun effort pour donner de leur voix et instrument pour faire danser tout le monde. Chant, pas de danse et remerciements de part et d’autre ont bonclé cette première étape de la 9e édition.
“Merci aux pensionnaires, aux responsables du centre, à notre partenaire l’Ambassade de France qui offre le déjeuner et le petit déjeuner, aux artistes qui sont venus à titre gracieuse ainsi qu’à tous ceux qui ont contribué…”, a adresser le promoteur l’artiste Freeman Tapily à la fin de la fête.
Le lieu pour le Promoteur, les membres de AFRICAN CULTURE et les organisateurs de demander toujours le soutien de tous. Que chacun laisse parler son cœur en apportant justement sa contribution de toute nature afin de poursuivre l’idée.
Rendez-vous le dimanche 11 nouvembre prochain à Koudougou pour la 2ème étape du Festival Un vent de liberté version 2018 !

Filasko Moussa Kaboré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 + 12 =