FIDO 2020: A Ouagadougou pour célébrer la danse africaine dans toute sa splendeur

 FIDO 2020: A Ouagadougou pour célébrer la danse africaine dans toute sa splendeur

Le samedi 18 Janvier, s’est tenu à l’Institut Français de Ouagadougou, une conférence de presse animée par le comité d’organisation de la 8e édition du Festival International de Danse de Ouagadougou (FIDO). Et ceci, en vue de mettre les journalistes au parfum des différents points majeurs de la 8e édition qui se tiendra du 25 Janvier au 1er février 2020 sous le thème:<< la stigmatisation>>.

La présente conférence de presse a eu comme présidium Irène Tassembédo, directrice artistique du FIDO , Patrick Hauguel, directeur de l’Institut français de Ouagadougou, Martin Zongo, administrateur de CITO et Souleymane Démé (danseur professionnel).  De l’avis du comité le choix du thème de cette année n’est fortuit. Car comme la si bien souligné, promotrice, Mme Tassembédo :<< lutter contre la stigmatisation , c’est aujourd’hui notre devoir, c’est considérer ces personnes différentes comme nos frères et sœurs, c’est respecter ce qu’ils sont, c’est ne pas les juger, sur des apparences ou des à priori, sur les milieux dont ils sont issus ou leur conditions de vie , sur leur choix ou leur différence>>.

Alors c’est en cela que ce festival désire illustrer avec comme moyen de cohésion la danse.  Pour les activités majeures de cette 8e édition, il faut relever qu’ une vingtaine de compagnies venant du Bénin, de la Côte d’Ivoire, de l’Italie, de la France, de la Slovénie, des USA et du Burkina Faso, proposerons leurs créations tout au long de l’événement à partir de 20h30 précise à l’Institut français de Ouagadougou ou au CITO. De plus, tous les soirs après les spectacles, des concerts live sont prévus au “grin des Arts vivants ” situé dans le quartier de cissin où les festivaliers se réuniront autour de quelques uns des meilleurs artistes chanteurs et musiciens du Burkina Faso.

Et comme innovation majeure cette année, il yaura la ” case à danse ” spectacle composé de 3 cases construites dans la rue, ou les danseurs y feront des prestations de moins de 3mn dans ces cases avec tout au plus 5 personnes dans l’acceinte des sites cases.  Créé en Janvier, par la chorégraphe Irène Tassembédo ,le FIDO accueille chaque année une vingtaine de compagnies de danse des 4 continents ( Afrique, Amérique, Asie et Europe) et attire plus de 5000 spectateurs en une semaine; et cette 8e édition sera sous le haut patronage de madame Christine Kafando, activiste engagé contre le VIH SIDA , et pour la protection de l’enfance et sous le coparainage de monsieur Georges Momboye, chorégraphe et danseur de la Côte d’Ivoire et de madame Ana Guerra Marques, danseuse et chorégraphe de l’Angola. Un évènement majeur avec plusieurs innovations et surprises à venir découvrir.

Asmaho Zoungrana (stagiaire)

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
20 + 5 =