jeu 25 juillet 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

FITMO/FAB 2019 : Mamary Diallo peint l’intégration par la frontière.

Mamary Diallo, est un jeune malien, artiste plasticien, peintre et membre de plusieurs associations artistiques. Présent au trentenaire du festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou FITMO/FAB, il expose avec trois tableaux la frontière, le manuscrit et la cohésion sociale.

Chaque artiste choisit son style et sa technique de peinture. C’est le cas de Mamary Diallo, peintre malien rencontré au festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou FITMO/FAB 2019. Son talent se perçoit à travers ces trois toiles qui ont une dimension chacune de 150 X100 Cm. Il faut noter que les trois œuvres exposées, en cette 3e journée du FITMO 2019, renfermaient les thèmes qui ont trait à la frontière, à la cohésion sociale, la paix, l’union, l’hospitalité, l’immigration. En effet, le jeune artiste malien met la cohésion sociale au cœur du développement des Africains par l’art plastique. « Frontière » est un tableau est évocateur. Pour lui, c’est une peinture qui montre la vue aérienne entre pays et villes. Sur une technique sur papier et du collage sur une vue aérienne M. Diallo représente les frontières des villes.

Mamary ne s’inspire que du thème du FITMO 2019 intitulé « arts et cohésion sociale » pour faire ressortir les problèmes au niveau des frontières. Il ressort de son pinceau de l’expression et de la motivation qui est du constat à faire dans les frontières entre les nations africaines. Pour lui, c’est le lieu où il y a beaucoup de transaction. Il insiste sur le traitement des personnes dans ces lieux. Et pourtant, la seconde toile se présente sur forme de lettres semblables aux écritures hiéroglyphes attire une attention de curiosité. C’est « le manuscrit » un tableau sur lequel sont écrit des lettres dont seul Mamary détient le secret.

« C’est du graphisme, un tableau que j’ai appelé la poésie graphique », lance-t-il. Car, la myriade d’écriture surprend, certes, du regard et semble ne rien apprendre qu’il convient, à ses dires, de ne chercher à confondre dans l’art de le lire. Par la suite, la troisième peinture de Mamary est « la cohésion sociale » qui emporte le regard dans un univers qui fait l’apologie du vivre ensemble. Une chose que les pays doivent adopter est de faire un pas vers l’intégration.
Mamary Diallo est à sa première participation au FITMO. Il est membre de plusieurs associations artistiques. Ce titulaire d’un Master en arts plastiques du Conservatoire Balla Fasseké Kouyaté depuis 2010, officie dans le métier d’enseignant de lycée.

Achille ZIGANI

Crédit photo : Parfait Fabrice SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

Ouagadougou: Le 13e Rim-Tansoba accède au trône à Sabtenga 

Son excellence le Rim-Tansoba (Mouss Tansoba) est fait désormais...

ZAGTOULI : des rites initiées pour la paix au Burkina

À Zagtouli, un quartier de la commune de Ouagadougou,...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page