dim 25 février 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

FITMO/FAB 2021: le conte était au rendez-vous avec le spectacle « Dakabananko »

A la veille de la clôture de la 18e édition du Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou/Festival des arts, le conte était au rendez-vous avec le spectacle « Dakabananko » du conteur Général Opamin, ce vendredi 29 Octobre 2021 à l’espace Gambidi.

Les jours se suivent et se ressemblent du côté de l’espace culturel Gambidi pour l’édition 2021 du Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou/Festival des arts du Burkina (FITMO). Et durant cette soirée du 29 Octobre, le conteur professionnel Général Opamin Otawtaw et son équipe étaient sur scène avec son conte musical <<Dakabananko>>> À l’en croire, le titre Dakabananko est le nom d’un personnage qui traverse son conte.

Dakabananko, est selon ses dires, un mot Bambara qui signifie <<agissements incontrôlés>>. En d’autres termes, quelqu’un qui surprend par ses agissements. En effet, dans ce récit, il s’agit d’un personnage qui veut aller à la recherche du savoir pour percer le mystère du langage des animaux. Là, contre toute attente, il va rencontrer beaucoup d’obstacle sur le chemin, mais malheureusement il finira par tomber dans son propre piège en voulant chercher à percer le mystère de ce qu’on ne doit pas percer. Et là où réside l’originalité de ce conte, c’esr que ’histoire est contée avec un accompagnement de musique.

Le <<Dakabananko>>, c’est d’abord un spectacle. Il est composé de trois contes avec différents thèmes, dont ‘’Pala Lada’’ qui parle de la femme battue. Là, il s’agit d’un homme qui battait ses femmes jusqu’à ce que ces dernières prennent leurs revanches sur lui ; Ensuite l’histoire de ‘’l’ongnani’’ qui consiste à conseiller un peu les jeunes filles qui s’ouvrent à la dépravation et après qui se plaignent de ne pas trouver de mari ; enfin le conte de ‘’sourabat’’ le singe. Ici, on entre dans le monde animal. Lui aussi, il a été envieux; il avait voulu quitter son berceau habituel dans les arbres et il est allé fouler le sol et a fin par rencontrer ce qu’il ne devait pas rencontrer. La leçon à tirer selon le conteur du soir, est de faire de son environnement un paradis.

« Le message que je veux adresser à travers ce conte, c’est la question d’identité c’est-à-dire qu’il faut rester soit même dans la vie, il ne faut pas être envieux. C’est une fenêtre que j’ouvre aussi au plan politique pour dire qu’au lieu de chercher un eldorado ailleurs je pense qu’il faut creuser sa terre et tu le trouvera chez toi. Aussi, j’interpelle les jeunes qui partent en migration qu’ils peuvent réaliser leur paradis ici », a fait savoir Opamin.

L’artiste nous a confié que cette sortie est sa seule et dernière prestation à cette 18e édition du FITMO/FAB 2021. Mais en marge du FITMO, il dit avoir d’autres prestations en instance de confirmation dans d’autres festivals dans les jours prochains.

Souleymane FOFANA (stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

ORODARA : le projet « Dougaleh » renforce les capacités de 25 acteurs de théâtre

Vingt et cinq (25) acteurs du monde théâtral issus...

MANÉGA: L’AJV œuvre pour la réhabilitation du Musée

Au cours d'un panel qu’elle a organisé en partenariat...

Théâtre Soleil: Un projet pour sensibiliser contre les fake news

C’est le Théâtre Soleil sis à Ouagadougou qui a...

Cinéma d’animation: Pit production émerveille les tout-petits à « Bibi Parc »

Promouvoir le patrimoine culturel du Burkina Faso à travers...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page