jeu 13 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

FITMO-FAB 2023: 17 pays réunis pour un échange culturel à travers les arts vivants à la 19e édition

Les autorités burkinabè en charge de la Culture ont officiellement ouvert ce jeudi 26 octobre 2023, la 19e édition du Festival International de Théâtre et de Marionnettes de Ouagadougou/Festival des Arts du Burkina (FITMO/FAB) qui réunit cette année 17 pays venus d’Afrique, d’Europe et de Amériques. Expression de promotion de la fraternité entre les peuples, le FITMO/FAB 2023 se tient sous le thème: « Art et liberté ». Cette ouverture officielle a été marquée par trois interventions, ponctuées par des pauses d’animations qui ont agrémenté la cérémonie.

Célébrée sous le thème: « Arts et liberté », l’édition 2023 du Festival de Théâtre et de Marionnettes de Ouagadougou/Festival des Arts du Burkina (FITMO/FAB), se veut un tremplin de soutien aux artistes. Cette édition a choisi clairement de donner de « l’espoir » au peuple d’ici et d’ailleurs malgré un contexte d’insécurité et de crises diverses.

« La réussite du FITMO-FAB témoigne de notre résilience et de notre refus catégorique de la résignation. Je tiens à féliciter les organisateurs de ce festival exceptionnel qui porte honorablement l’héritage des pionniers », a déclaré à l’ouverture de la 19e édition du FITMO-FAB, le représentant du ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Yacouba Bonkoungou qui a prononcé le discours de Jean-Emmanuel Ouédraogo.

Le thème de cette édition, « Art et liberté, est d’une pertinence indéniable. Il résonne avec notre époque et les défis auxquels nous sommes confrontés », a dit M. Bonkoungou, ajoutant que « le FITMO est aujourd’hui, une des manifestations culturelles de référence de notre pays ».

Il a poursuivi que le FITMO contribue « à la valorisation du patrimoine culturel et à l’intégration des peuples ».

Prenant la parole pour son allocution, le Président du comité d’organisation de l’évènement, Dr Hamadou Mandé, a rendu hommages aux illustres disparus. « En hommage aux victimes civiles et militaires de la barbarie et de l’intolérance au Burkina Faso, ailleurs en Afrique et dans le reste du monde, en hommage à tous les artistes et professionnels de la culture qui sont décédés depuis la dernière édition du FITMO, en hommage à tous les combattants de la paix, je voudrais vous demander de vous lever pour une minute d’acclamations », a-t-il demandé à l’assistance qui s’est exécutée.

A l’occasion de cette 19é édition, « le Burkina Faso accueille 17 pays venus d’Afrique, d’Europe et des Amériques, dans une ambiance de fraternité, d’ouverture, de partage et dans le respect mutuel », a affirmé Dr Mandé qui a poursuivi en disant que le FITMO étant un festival de dialogue des cultures, des arts et des peuples, la programmation de cette édition a fait de l’expression de cette unité dans la diversité son crédo.

« Vous aurez aussi droit à des spectacles de théâtre, de danse, de musique, de marionnette, de cirque, de slam, de contes, ainsi qu’à des expositions d’arts plastiques et de littéraires. En plus des spectacles, des ateliers de formations et des rencontres professionnels constituent les éléments de la programmation riche et variée de la 19é édition du FITMO », a-t-il informé, rappelant que le FITMO 2023 se tient dans un contexte mondial, régional et national marqué par des défis majeurs qui ébranlent la quiétude des peuples et même l’existence de l’humanité.

« Nous vivons une période dans laquelle la quête de la paix, de la cohésion sociale, du dialogue des peuples et de cultures, est plus que jamais pressantes », a avancé le PCO du FITMO/FAB pour justifier le thème de cette 19e édition. « Certains à travers le monde ont travaillé à développer des armes de destruction massive. Mieux, artistes et professionnels des Arts, nous devons œuvrer à l’opposé à développer des arts de construction massive pour le bonheur de l’humanité », a-t-il soutenu.

Dans son discours, le directeur de l’Espace culturel Gambidi qui est le directeur administratif du FIMO-FAB 2023, Kira Claude Guingané, a signifié que c’est avec une grande joie que toute l’équipe et lui vous accueillent les festivaliers pour « célébrer les arts ». « Pendant une semaine nous allons vivre des moments d’émotions, de créativité et de réflexion », a-t-il garanti avant de remercier particulièrement « tous ces bénévoles qui fondent l’âme de ce Festival. Votre engagement nous donne la force d’y croire », a-t-il confié.

L’artiste brésilienne, multidisciplinaire, musicienne, compositrice, Laura Tamiana dont le travail est axé sur la rencontre entre les peuples, a soulevé la foule lors de sa prestation à cette cérémonie. « C’est ma première fois au FITMO mais ma sixième fois au Burkina Faso. On a proposé un petit extrait du spectacle Lunar qu’on va présenter le 28 octobre. C’est un spectacle avec des chansons, mes compositions, des mélodies brésilienne et africaines, notamment le Burkina Faso, le Togo et la Côte d’Ivoire », s’est-elle exprimé face à la presse, à la fin de la cérémonie.

« J’ai aimé la réaction du public. C’était vraiment très émouvant. Pour les artistes brésiliens comme nous qui faisons dans le genre populaire, notre plus grand rêve, c’est de jouer en Afrique parce que nos peuples sont complètement liés. Alors, c’est vraiment un immense honneur d’être là, de voir ce public, c’est une joie difficile à exprimer », s’est-elle réjouie.

Se prononçant sur le FITMO, elle a estimé que le festival a atteint sa maturité. « Depuis la première fois que j’ai mis le pied ici avant même que le spectacle ne commence, on sent qu’il y a une histoire ici. Le lieu est vraiment rempli d’histoire, de choses vécues, d’amours, etc. Donc, vraiment ça on le sent dans l’air. Pas besoin qu’on vous la raconte », a-t-elle signifié.

Les 17 pays présents à cette édition du FITMO/FAB sont entre autres la Belgique, le Brésil, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée Conakry, l’Italie, le Mali, le Mozambique, le Niger, la Centrafrique, Le Sénégal, la Suisse, le Togo et la Tunisie.

A l’issue de la cérémonie, les festivaliers ont été invités à suivre le spectacle d’ouverture, « Renaissance » du Théâtre de la Fraternité, à 20H00. Après ce spectacle, suivra à A 21H00, « La reine Pokou Fondatrice du royaume Baoulé » de Osagyefo Louis dans la salle Lompolo de l’Espace culturel Gambidi. Le programme donnait à voir également « Silmandé » de la Compagnie Théâtre Eclosion à 21H dans la salle CFRAV toujours à Gambidi.

Le Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou, depuis 2007 Festival des arts du Burkina Faso, est une biennale de théâtre créée en 1989 à Ouagadougou par Jean-Pierre Guingané. Le FITMO associe des troupes de plusieurs pays d’Afrique et du monde.

Parfait Fabrice Sawadogo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles

ZAGTOULI : des rites initiées pour la paix au Burkina

À Zagtouli, un quartier de la commune de Ouagadougou,...

Industrialisation du cinéma: un pan de l’économie à la traîne

Du 25 février au 4 mars 2023, Ouagadougou a...

« Naam toga ne Waoogré » : Le tout nouveau clip de la sœur P. Anne Marie Kaboré

Fort de cinq minutes cinquante sept secondes (5'57), Sœur...

Concert « Résilience »: Le comité d’organisation prêt à 98%

Le concert « Résilience » de l’artiste musicien Reman,...

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page