jeu 30 novembre 2023

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

FITMO/FAB: la 18e édition referme ses portes sous fond de satisfaction des organisateurs

Lancée en début de semaine dernière, l’édition 2021 du Festival international de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou/Festival des arts du Burkina (FITMO/FAB) a connu son apothéose. C’était ce samedi 30 Octobre 2021, à l’espace Gambidi, siège du festival.

33 groupes artistiques venus de 12 des 15 pays initialement attendus; six jours d’activités continues et intenses; dix lieux de diffusions dont 3 en extra meros et 7 à l’espace Gambidi, tel est ce que l’on pourrait retenir de cette 18e édition du FITMO/FAB qui s’est déroulée du 25 au 30 Octobre 2021 à Ouagadougou, sous le thème <<Arts et violences>>. Et c’est devant de nombreux festivaliers mais aussi d’illustres hommes de théâtre du pays que les lampions se sont éteints sur cette édition, dans la soirée de ce 30 Octobre 2021 à l’espace Gambidi (Ouagadougou).

selon Dr Hamadou Mandé, président du FITMO/FAB, il y a eu une installation scénographique, une réalisation de street art, 43 spectacles vivants.

En termes de chiffres, selon Dr Hamadou Mandé, président du FITMO/FAB, il y a eu une installation scénographique, une réalisation de street art, 43 spectacles vivants. « Au niveau des spectacles, nous avons réalisé 18 spectacles de théâtre, 5 de conte, 3 de danse, 6 de marionnettes, un de crique et une série de cinéma composée de 16 capsules sur le vivre-ensemble, 12 prestations d’artistes musiciens, et des salles de spectacles bien remplies, le tout dans un village du festival bien animé. Dans le volet ateliers, rencontres professionnelles, nous avons réalisé cinq (5) ateliers de formation en conte, en théâtre, en marionnettes et en arts plastiques; six rencontres professionnelles et une septième en partenariat avec la compagnie de film; sept écoles supérieures d’arts vivants en provenance d’Italie, de la Guinée Conakry, du Ghana, de la Côte d’Ivoire et bien-sûr du Burkina Faso ont été reunies dans le cadre de ce que nous avons appelé la vitrine des écoles d’arts. Ce-ci est une vraie diversité qui a favorisé un brassage culturel et un dialogue entre les arts, les artistes et le public », a-t-il poursuivi, avant de préciser que la journée d’hommage au Pr Jean pierre Guingané marquée par la publication d’ouvrages le concernant aura été est des moments phares de l’édition.

Pour ce faire, monsieur Mandé a tenu à adresser ses remerciements à tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette édition, du public en passant par les partenaires et les médias. Sa gratitude est allée également à tous les festivaliers qui se sont donnés corps et âme pour le rayonnement de ce 18e rendez-vous du festival.

le représentant des festivaliers, Hubert Geka, s’est saisi de l’occasion pour adresser sa gratitude à tous sans exception pour la bonne tenue du Festival

Par ailleurs, le représentant des festivaliers, Hubert Geka, s’est saisi de l’occasion pour adresser sa gratitude à tous sans exception pour la bonne tenue du Festival malgré le contexte sanitaire et sécuritaire qui prévaut. Pour lui, cela fait 20 ans qu’il y prend part et à chaque fois, il y’a une évolution. Cela reste à féliciter. À l’en croire, c’est très important d’avoir une administration bien structurée pour la réussite d’un tel événement ; et c’est ce que le comité d’oragnisation a réussi à faire.

Aussi, cette cérémonie a également été marquée par une série de remises de prix pour le concours d’arts plastiques qui a eu lieu durant le festival. L’objectif, selon les organisateurs est de susciter de la passion chez les jeunes âgés de 12 à 21 ans. A ce propos, le premier prix est revenu à Bambara Antoine, le second à Hien Claude Aly et le troisième prix est allé à Thymoty Tapsoba. A noter qu’un prix d’encouragement a été remis à Moumouni Yaméogo pour son œuvre qui aura suscité plein d’énergie créatrice, selon le jury.

Des conteurs comme Flopy Mendoza et Allassane Sidibé ont égayé le public de leurs belles histoires pleines de leçons. A cela s’ajoute la prestation de danse avec marionnettes de la compagnie féminine Bwam du Togo. Rendez-vous est donc pris pour Octobre 2023 pour la 3e édition du Festival.

Boukari OUÉDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Plus d'articles